Recyclage romancé avant qu’il n’errance

Puisqu’il faut prétendre pour s’entendre, pourquoi ne pas chercher à rendre une forme abstraite à des tweets concrét(e pour la rime)s. Je m’attacherai ici à construire en récit mes tweets indécis. Pour l’élancé de la forme, les dates des tweets ne seront pas reportées comme dans les précédentes pages mais il se peut que des tweets tiers y soient reportés (entre parenthèse l’auteur ne manquera point d’y être reporté/rapporté).

C’est ainsi et pourquoi aussi que tout commença.

Un – Départ en Part

C’était un jour comme un autre dans un lieu qui n’avait rien à voir.

J’aimais tant les souvenirs dansants.

Toutes ces fois, petit, où je disais – on dirait que – et toutes ces fois où, petit, ça fonctionnait…

Le plongeon est comme un regret attaché à la cheville.

J’ai décidé de changer la couleur de mes plaintes.

Je reste encore un peu, puis il sera temps de voir se fermer la fenêtre, d’oublier le rideau brodé main et de dénoncer le matin en chemin.

Deux – Antre

Je rentrai loin déjà des décisions surprises. Poussée la porte, elles gisaient sur le palier de vieux parquet, oublié de la cire.

Bien souvent je voudrais redevenir cet homme des cavernes dont j’ai perdu les clés.

S’il fallait renoncer, rentrer dans ses entrailles, je resterais au seuil des envies asphyxiées.

Trois – Restes

Oubliant le chemin où aller le cueillir, je m’en rappelais pourtant bien le goût. Ce pourquoi, en grandissant je fis le bonheur à ma porte.

Je pourrais crier plus fort que tous les autres. Mais, roi au pays de la jungle, j’écoute les fourmis marcher sur les lianes.

J’aurais aimé connaître des horizons sereins, corsaire engagé contre les certitudes de ma raison.

Trainer des pieds pour faire demain.

Quatre – Pertes

Minots, il nous aurait fallu partir, chevaucher nos bécanes fausses comme leur arbre à came.

Courir pour s’échapper valait plus encore que courir pour rejoindre. C’était le sens explosé de liberté et ceux-là ne le comprenaient plus.

La joie qui les portait faisait plaisir à voir et ce souvenir nous conforta lorsque le radeau sombra.

Il avait bien fallu à ces pères et à ces mères expliquer à leurs enfants pourquoi, si souvent, ils durent courber l’échine.

Cinq – Rentre

Repenser dès le soir au lendemain certain fit oublier la gloire de mourir en chemin.

Le pouvoir d’oublier a trop longtemps été laissé aux mains de ceux qui ne pensèrent jamais.

Abaisser la lumière, l’ombre des doutes s’évanouit. Et le jour nous rappelle les promesses enfuies.

Courir sans plus savoir s’étonner de plus rien. Flux flou de déjà-vus.

Six – Sens

Ils nous enseignèrent l’éducation, le savoir écouter qui sait encore toujours juste un peu plus. Nous apprîmes seuls à cracher parterre.

« Le temps viendra ». Grammaire appliquée au mensonge du discours.

Tenir aux principes du pire pour éviter l’inconnu. Ainsi à l’homme plaisait-il de définir l’animal. Qui est en nous.

Longtemps j’ai dévoré mes semblables. Puis dans leurs yeux, j’ai pleuré.

Sept – Scène

Les mots relient l’esprit comme le parfum renoue les corps.

Il n’avait rien dit juste avant ça, alors forcément ça ne rimait à rien.

Bizarrement, il comprit que le silence n’avait de vertu qu’en compagnie d’autrui.

Il regrettait parfois d’avoir cessé de battre.

Huit – Leurre

Cette nuit j’ai frappé au sommeil des bois clairs. Le souffle relâché suffisait au partage.

L’âge adulte a de précieux l’illusion de se prendre au sérieux.

Suivre le cours du temps, se reposer dans ses méandres. Allonger le regard au-delà des confins. Réfléchir sa malice, humer son odeur cendre.

Je regarde parfois l’âge des autres pour avoir encore un peu le temps de mourir.

Neuf – Ressort

Les hirondelles volent si bas ce matin que l’on dirait des taupes en fuite.

Entendre la tristesse dans le claquement d’une porte qui se referme seule.

Il tombe des gouttes énormes, grosses et pansues comme des crachats de matelot en retraite.

La porte d’entrée donnait désormais sur le dehors.

Dix – Encore

La pluie révèle des fumées blanches au-dessus de la forêt, comme autant d’âmes franches d’indiens déracinés.

Je prends l’air parfois le soir pour voler au secours de mes désirs hautains. Je déambule aussi mais ça ne fait rien.

Soupesons une pierre, supposons son âge et repartons le cœur léger: nous sommes si peu.

Je rêve de vivre ma vie de rêve, retenues les paupières à l’ouverture, du jour nouveau je suis séjour.

11 – Redoublé

Puis ils nous apprirent à compter, déchiffrer et écrire pour ensuite reproduire. L’idée était trop belle pour naître que honnête.

Que vos guerres restent vôtres et vautré je voudrais pouvoir me reposer. Ce sont bien vos discours pourtant à me remettre sur pieds.

Avoir à partager…avoir et partager…deux verbes tellement antinomiques qu’ils doivent être issus de deux langues différentes.

Certains de ses concepts s’échappaient d’eux-mêmes, effrayés de l’effort surhumain à produire pour exister en soi.

12 – Redouté

Je regorge d’envies crues qui se révèleront fausses pourtant.

À rechercher par la peau ce qui s’évapore de l’esprit.

J’ai volé dans un château lointain les rêves évadés des cachots oubliés.

Et puis les fleurs de peau ne se fanent jamais.

M – Or

J’aime les fleuves en doute, les rivières incertaines. J’aime leur ancre vagabonde.

Comme cette fois haut-perché par delà les nuages, j’emprunte souvent la voie qui efface les pas.

Ce matin vers cinq heures la lune était si belle dans le ciel qu’elle semblait le soleil.

A être ici alors qu’il faudrait être là-bas, on finit par se retrouver nulle part.

N – 2 voix

Je suis tombé de haut, j’ai reniflé les airs lorsqu’il me fut donné à savoir de l’enfer. La mort était ainsi de notre propriété.

Voir ces lumières inconnues illuminer l’intérieur de fenêtres étrangères lui donnait toujours autant l’impression d’être tristement ailleurs.

Les regards arrachés, illusions d’être ensemble, permettent aux murs mous de la mégalopole de tenir dur sans le ciment des personnes seules.

Quand j’envisage, le corps et les pieds me contentent.

O – Vents

Le goût aveugle de ses lèvres me confirma ainsi que j’étais parvenu à faire l’agent-secret.

Les défis étaient alors tendus, ruisselants et peureux. Et chacun d’entre nous ne vivaient que pour eux.

Si demain c’est le grand règlement de compte, il ne pourra pas vraiment m’en vouloir de n’avoir eu Dieu que pour elle…

Il avait parfois ressenti comme une attache, un coeur de pierre où se poser. Qui sait pourquoi pourtant, il lui préférait son manque?

16 – En vie

Les rondeurs simples révèlent bien souvent les points de fuite les plus compliqués.

Se pendre par les pieds, puis redresser la tête.

La lampe clignota, à y regarder de plus près il semblait même qu’un papillon de nuit s’y brûlait les ailes.

Courir en soi revient à se donner des coups de pied au cul.

17 – Histoire

Je m’enchante du bourdonnement intérieur de mes dimanches d’enfance, de cet air soyeux comme un pyjama moelleux. L’horloge même différait.

Il fait si chaud dehors que l’ombre en devient froide.

Le jour fléchit quoi que tu penses.

Il se replia tellement sur lui-même qu’on en fit un pochoir.

R – V

Il aurait fallu la beauté du geste, l’honneur perdu de l’inutile pour que je reconnaisse en la société le miroir sourd de nos pauvres vies.

Son enthousiasme stagnait comme une flaque d’eau profonde reflétant avec peine les joies de ceux assis autour.

Suis encore jeune mais j’ai tout vu faire! Les comptables ont rédigé nos lois, les juges vendu l’égalité, les politiques se sont libérées

Dignes jusque dans l’indigne, ils se révolteront en demandant pardon.

S’il y avait la mer à la campagne j’irais me reposer les yeux au bord des près.

S – Toi

Je marche en m’arrêtant à l’ombre de chaque arbre pour les en remercier. En partant le matin j’arrive tout frais pour le bain de minuit.

Il agita la main, bien qu’il n’y avait personne. Il savait pourtant que cela apporterait aux autres comme une certitude de n’être pas seuls.

Un murmure sans vie avait laissé sa trace sur un col de chemise ouvert.

Les parasols bien alignés face aux vagues et leur écume en désordre rappellent combien la nature a horreur des hommes.

T – Rêve

Bien qu’elle ne fut pas sûre qu’elle y résisterait, l’araignée chaque soir confectionna sa toile pour capturer la lune.

J’y ai vu des soupirs dignes de l’Ancien Empire.

Les feuilles, vertes, jaunes ou belles. Les fleurs, glacées si possible; et les fruits, épluchés. Peu importe que l’ile soit déserte.

Puis il comprit par l’expérience que mourir n’était pas vivre les yeux fermés.

21 – A pris

Maintenant que je suis rentré dans l’atmosphère j’aimerais, si c’est possible, ne plus quitter la Terre.

Il n’y avait, un temps, rien de plus simple que s’inventer l’instant.

Il en demeurait surpris, mais les sauts de géant de son enfance n’avaient réussi à le porter que jusqu’ici.

Puis il fallut pourtant tout faire entrer dans ce modèle réduit de boîte crânienne.

V – Retiens

Dénoué de sens, je m’empêtrai les pieds au fil du temps.

Y’a le vent d’abord puis les gouttes piquantes le ciel boueux qui monte le son de l’orage qui s’apprête encore un instant où tout s’écroule

J’ai oublié une photo.

C’était sans doute trop s’embellir, s’emballer au moindre de nos désirs. Sans se soucier des restes, à tenir entre des mains sèches.

Je sais des jours d’encens, j’effleure leurs nuits dévoilent.

23 – Foi

C’est bien souvent le coeur à rendre les couleurs sereines.

J’ai contemplé les arbres, déniché les racines, reniflé les fleurs saintes et j’ai souri.

J’encours ma peine, la rejoins et l’embrase à l’instant d’oublier ses raisons.

J’ai sans doute bien fait d’oublier les idées secrètes.

Chaque nuit je rentre en scène, ferme les yeux délire un peu jusqu’au petit matin de crème.

L’espace d’un instant vide il se crut comblé.

24 – A quatre

Oui c’est vrai, il avait été marin de peau douce en peluche sur le partage des os. Oui, il avait aimé dormir proche, tout contre l’inconnue.

La solitude importait peu alors. Pourquoi en avoir fait ce mouvement si parfait ?

Débattre le cœur en brèche et la raison d’aimer.

Perdre le goût de vivre, y ajouter du sucre et cracher à leur face l’amertume instituée, ainsi tuée.

On se fait des amis à regarder derrière l’immense solitude.

Mes coordonnées sont intrinsèques. Viens les chercher.

25 – Mille ans

Les oiseaux refusent parfois de chanter l’ordre du jour.

Je m’offre un piédestal pour descendre une marche et regarder de haut ce monde brisé.

J’ai, d’un regard, fondu les pierres. Mais ça, c’était hier.

La terre de sous mes pieds rebondit encore des morts qu’elle doit porter.

Le passage des ombres ralentit le trafic.

Puis soudain les leurres devinrent nôtres.

 

Z – A

J’aurais aimé suivre les hirondelles mais cette année encore, je ferai sans elles.

Les rêves ne s’envolent pas comme un ballon de baudruche. Tout au plus ils se dégonflent, comme un ballon de baudruche.

Les saveurs d’hier engendrent le désir d’un demain.

Le XXIème révéla aux êtres humains la parole devenue désormais la plus importante pour la survie de l’espèce: le mot de passe.

Le bleu cassé du ciel laisse entrevoir un nuage unique au monde, comme une pangée retrouvée.

Le temps chante, il n’a jamais cessé. Nous nous sommes juste arrêtés et nous l’entendons s’éloigner, petit à petit, s’estomper. S’éteindre.

Tout voyage s’achève. Même la pluie finit par tomber.

Echange roquette incendiaire contre requête infantile.

Arrivé au bout de l’ombre il restera la terre entière.

Les doigts dans les cieux mais les pieds sûrs d’eux.

 

 


2 responses to “Recyclage romancé avant qu’il n’errance

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Le petit monde de Miroirinverse

Un site utilisant WordPress.com

beau: adj m.

Se dit de la rencontre fortuite sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie...

LES CONFINS

"Comment sera mon rédempteur ? Je me le demande. Sera-t-il un taureau ou un homme ? Sera-t-il taureau à tête d'homme? Ou sera-t-il comme moi ?" (Jorge Luis Borges : La demeure d'Astérion)                Les confins :   Tous droits réservés © André Rougier 2011-2013

Les Cosaques des Frontières

refuge pour les dépaysés

JosieCoccinelle

Coups de coeur, Inspiration, Création...

julyaly

Le journal de Julia

BLEUEMARIE

Le dilletantisme ou la vertu

gammalphabets

Des essais de voix par temps contemporain

L'épervier incassable

"Ce que j'écris n'est pas écrire, c'est se préparer à écrire" - Paul Valéry

rhizomiques

archives numériques ouvertes : littérature, art, philosophie

Web-association des auteurs

Disséminer les écritures

Les Reveries de Rowena

Now I see the storm clouds in your waking eyes: the thunder , the wonder, and the young surprise - Langston Hughes

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

bassescontinues

" la basse continue d'un contrepoint - nos pas"

youcxl

Carnet de bord de YouCXL à Yumington

cigaloun

mes chants d'été, champs d'hiver - my summer songs, winter words - meine sommergesänge, winterklänge

T.S.A.

Thiébault de Saint Amand

valeriu dg barbu

© valeriu barbu

Le Tourne-à-gauche

Un blog de Dominique Hasselmann

dream about your life & live your dream

blog xavier fisselier, auteur - "mauvaises nouvelles" & "anamnèses" | every man is the architect of his own fortune |

L’atelier permanent

maison établie en 1967 | sur le web depuis 1996

Les vents de l'inspire

élans poétiques, rencontres et réflexions

aux bords des mondes

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Yohann-Mickaël Fiset

Publications littéraires personnelles. Le langage comme matériaux.

lireaujourlejour

Pour ne jamais s'ennuyer...

La Critiquante

Blog modestement littéraire

Et pourtant, elle tourne

Pour avoir l'état d'esprit qui vous ménera à la réussite

Quelque(s) Chose(s)

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Sans aucune issue

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

LE BAISER DE LA MOUCHE (ISSN 2267-3946)

Nouvelles scènes de la vie littéraire ISSN 2267-3946

SILO

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

penseeslibres.com

Just another WordPress.com site

r a l o u f

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Dzahell

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

le curator de contes

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Deborah Heissler | Carnets

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

le vent qui souffle

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

le portrait inconscient

portraits de gens et paysages du monde

CHEMIN TOURNANT

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Glossolalies

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

L'irrégulier

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.