Faire le Twitt’acteur

Plus qu’être twitt’acteur – expression dont la paternité revient, je crois, à l’écrivain transmedia Jeff Balek – il me semble plus juste de dire faire le twitt’acteur. Car il s’est agit de faire plus que d’être durant la #TwitterFiction #AllSinners. Et ce faire a été éprouvant, et laisse en moi encore quelques traces de fatigue aujourd’hui. Deux raisons principales à cela: le twitt’acteur twitte en live et ce dans le cadre serré du Twitter Fiction Festival, 5 jours. Bien souvent 5 jours ne semblent rien mais les vivre comme twitt’acteur les fait durer plus longtemps. Et parce qu’il n’y a pas d’heure dans le twitt’live, on en vient sinon à tweeter tout le temps, du moins à y penser perpétuellement.
Ereinté mais satisfait de l’action accomplie, voilà comment je suis sorti de cet « ballet » mené par @balek. Grande impression d’avoir fait parti d’une grande troupe toute orientée vers le même adversaire: vaincre le temps, fut-ce le temps d’un tweet…Arriver à la dernière minute du dernier jour et envoyer celui que l’on sait destiné à être le dernier tweet relève d’une trajectoire unique.
Dès le départ, sans même me poser la question d’ailleurs, j’imaginai écrire mon histoire un tweet après l’autre et non pas à l’aide d’un « seul » long tweet. Tout devait donc être dit en 111 caractères (140-29 des 2 hashtags et espaces) à la fois, avant de pouvoir dire autre chose avec les 111 caractères suivants. En découla une écriture stricte par définition mais surtout concentrée, parfois même épurée mais obligatoirement sincère. Malgré la contrainte de l’espace, j’ai tenu et presque toujours obtenu à ce que la ponctuation fasse partie de cette écriture. Comme le rappel académique à une expression contemporaine.
Je ne connaissait pas mon histoire, à peine son personnage. Je me rappelle encore très bien les sensations de vide au coup d’envoi, au coup d’envol…Je ne me sentais pas prêt pour raconter ce qui n’existait pas encore, les faits furent donc rares, les actions isolées et peu à peu la prose s’imposa comme mode narratif en soi dont le contenu était la simple expression de cette prose. Etrangement ou non, ces contraintes intrinsèques au défi de la TwitterFiction avaient libéré un grand espace pour l’écriture.
Cette plongée dans l’univers du fictif étant totale, il fut difficile de pouvoir suivre réellement tout le groupe et son mentor dans l’exécution de leur partition. Comme il fut difficile, impossible pour ma part, de se rencontrer au sein même de l’histoire bien qu’il ait été légitime de s’attendre à une telle co-participation. Sans doute manquait-il des paliers ou étapes communs et définis au préalable dans la fiction autour desquels se retrouver. La tempête qui s’abattait sur Yumington était peut-être trop globalisante dans sa destruction de repères. Heureusement le @CryingRavenBar où retrouver d’autres twitt’acteurs et le soutien commun via RT ou citations apportèrent un soutien communautaire.
Bien que les tweets #TwitterFiction #AllSinners aient définitivement fini d’émettre, ils restent à lire ou à relire ici et là. C’est bien ce que permettent les compilations de nombreuses TwitterFictions composant la AllSinnersSerie présentes sur les sites et blogs des participants et produites spontanément, comme un mérite auto-construit. Je vous invite donc à cliquer sur les liens présents sur cette page pour aller les lire et également à rester attentifs aux rumeurs de la Toile car l’expérience de faire le twitt’acteur ou la twitt’actrice pourrait vraiment transformer un petit peu de votre vie.

Publicités

One response to “Faire le Twitt’acteur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Le petit monde de Miroirinverse

Un site utilisant WordPress.com

beau: adj m.

Se dit de la rencontre fortuite sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie...

LES CONFINS

"Comment sera mon rédempteur ? Je me le demande. Sera-t-il un taureau ou un homme ? Sera-t-il taureau à tête d'homme? Ou sera-t-il comme moi ?" (Jorge Luis Borges : La demeure d'Astérion)                Les confins :   Tous droits réservés © André Rougier 2011-2013

Les Cosaques des Frontières

refuge pour les dépaysés

JosieCoccinelle

Coups de coeur, Inspiration, Création...

julyaly

Le journal de Julia

BLEUEMARIE

Le dilletantisme ou la vertu

gammalphabets

Des essais de voix par temps contemporain

L'épervier incassable

"Ce que j'écris n'est pas écrire, c'est se préparer à écrire" - Paul Valéry

rhizomiques

archives numériques ouvertes : littérature, art, philosophie

Web-association des auteurs

Disséminer les écritures

Les Reveries de Rowena

Now I see the storm clouds in your waking eyes: the thunder , the wonder, and the young surprise - Langston Hughes

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

bassescontinues

" la basse continue d'un contrepoint - nos pas"

youcxl

Carnet de bord de YouCXL à Yumington

cigaloun

mes chants d'été, champs d'hiver - my summer songs, winter words - meine sommergesänge, winterklänge

T.S.A.

Thiébault de Saint Amand

valeriu dg barbu

©valeriu barbu

Le Tourne-à-gauche

Un blog de Dominique Hasselmann

dream about your life & live your dream

blog xavier fisselier, auteur - "mauvaises nouvelles" & "anamnèses" | every man is the architect of his own fortune |

L’atelier permanent

maison établie en 1967 | sur le web depuis 1996

Les vents de l'inspire

carnets et aventures

aux bords des mondes

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Yohann-Mickaël Fiset

Publications littéraires personnelles. Le langage comme matériaux.

lireaujourlejour

Pour ne jamais s'ennuyer...

La Critiquante

Blog modestement littéraire

Et pourtant, elle tourne

Pour avoir l'état d'esprit qui vous ménera à la réussite

Quelque(s) Chose(s)

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Sans aucune issue

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

LE BAISER DE LA MOUCHE (ISSN 2267-3946)

Nouvelles scènes de la vie littéraire ISSN 2267-3946

SILO

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

penseeslibres.com

Just another WordPress.com site

r a l o u f

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Dzahell

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

le curator de contes

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Deborah Heissler | Carnets

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

le vent qui souffle

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

le portrait inconscient

portraits de gens et paysages du monde

chemin tournant

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Glossolalies

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

L'irrégulier

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

%d blogueurs aiment cette page :