Archives d’Auteur: H_X_Lemonnier

#Infinitif Salve 26 (Retour de)

Salve 26 (Retour de)

 

Réclamer s’accompagne d’une ardeur sans pudeur.

Etreindre encore chaud pour mieux se rassembler.

Débrider l’habitude née d’ailleurs peu importe.

Amoindrir le cœur plein de semis lune rousse.

Et revoir le midi et ses portes entrouvertes.

Allonger l’insomnie, renoncer à descendre.

Oublier l’heure atteinte et rester sur le faît.

Jeter encore au loin, vue suprême d’ordre fin.

 

Publicités

#Infinitif Salve 25 (Retour de)

Salve 25 (Retour de)

 

Recourir aux parcelles d’air envolées.

Prendre l’illusion belle à son tour.

Cacher l’écho parfait de l’aiguille arrêtée.

Essouffler une fois encore pour toujours.

Amplifier la douleur à venir.

Regarder l’haut du ciel. S’y trouver.

Cheminer au lointain. S’approcher.

S’émouvoir d’avoir pu exister.

 


#Infinitif Salve 24

Salve 24

 

Déambuler toujours devant faire encore chaud.

Allonger l’heure entière mentir aux instants frais.

A suffire nous y penserons ensuite.

Délasser l’ordre ancien, reposer.

Retirer l’ombre à part, tenir à ses coussins.

Frémir à ces confins.

Annoncer par étreinte.

Enchanter par seul souffle, interposer.

 


#Infinitif Salve 23

Salve 23

Garder le temps des fleuves.

Abraser à son tour les virages délictueux.

Refléter l’endroit pur des preuves à dénoncer.

Dénombrer une à une les plumes égarées.

Démembrer les soudures

Marteler les fosses souveraines.

Crier sous l’eau.

Palier d’envie, renoncer au nom des terres anciennes.

Nommer l’instant d’une ruelle.

Nager loin de leurs eaux, dépasser une bouée. Epuiser.

Sombrer encore un peu juste retrouver un peu plus loin.

Rappeler aux heures seules leurs rêves. Enfanter.


#Infinitif Salve 22

Salve 22

Brandir l’envers, rechausser l’univers.
Démanteler les cintres, habiller le parterre.
Agir en cercle.
Usurper l’éternel, fronder les files d’attente.
Languir le temps d’entendre.
Retrancher loin des gorges.
Gronder pourtant.
Passer les restes.


#Infinitif Salve 21

Salve 21

Assécher l’étendue de rêves vagues.
Asséner aux discours l’ampleur du vide.
Affaiblir nous serons les derniers.
Dégoutter les principes d’avoir encore la dalle.
Egoutter coûte que coûte la sève gavée de fiel.
Sommer l’être et valoir ses entrailles.
Retirer leurs conclusions aux charlatans latents.
Joindre sans plus tarder deux bouts de monde entier.
Sonner qu’un au-revoir. Tirer d’enfer.


#Infinitif Salve 20

Salve 20

Intenter la preuve d’exister.
Procéder sans lâcher le cœur leste.
Commencer quand l’envie tresse.
Enrober de teintes cendrées.
Griser les fleurs d’attente.
Jurer sans mérite.
Détendre une main moite, esseulée.
Et tout faire. Relâcher l’emprise.
Rentrer dehors encore un peu.
S’attendre sur le seuil. Rappeler à l’ogre.
Amender le noyau dur, sauver l’écorce.
Infuser. Quitter la terre.


#Infinitif Salve 19

Salve 19

Couronner ta patience.
Corroder l’ennui trou.
S’épousseter l’épaule des bribes avortées.
Corriger la trajectoire pensée.
Admettre l’épreuve banale d’une mort annoncée.
Tarir la source sans toit, ranimer l’animal.
Blesser son orgueil propre à se laisser tomber.
Entrevoir en fissure.
Oser l’atteinte, poser l’attente.
Rentrer de chasse gardée, dépecer cœur à cœur.
Muter la fuite en suite.


#Infinitif Salve 18

Salve 18

Redorer le blasphème.
Marcher en corps contraints de peur ancienne.
Cloîtrer sereines les frayeurs mêmes.
Bâillonner l’esprit solitaire, coller le groupe.
Lever l’âme.
Laver ses actions crues au son d’une clochette.
Repenser l’acte obscène.
Délivrer l’ancre, repousser à jamais.
S’élever en principe, vérifier qui le suit.
Crier au corps fuyant.
Soulager l’ampleur du vide.
Nuire à la raison pleine.
Juger l’écart.


#Infinitif Salve 17

Salve 17

Ne pas résister, se conformer au courant
comme une herbe sous-marine. Mourir souple.
Déranger l’établi pour se remettre en ordre.
Distinguer l’étoile rebelle, peindre des nuits sans toit.
S’offrir d’aimer l’envers pour nier leurs travers.
Souffrir d’enlacer, délaisser le chemin.
Assoir un doute masaï.
Contempler les rituels, retourner sur des pas.
Remuer juste les lèvres, copier le bon élève.
Tourner le cou ailleurs.
S’étourdir encore certain de connaitre la fin.
Eteindre.


#Infinitif Salve 16

Salve 16

Croire encore et à cri.
Pavoiser mais chanter pourtant fier et certain.
Comprendre là où les autres le laissent.
Suivre d’espoir sevré latitude habituelle.
Partager ce qui ne t’appartient.
Troubler encore un peu l’espoir universel.
Éblouir d’encens neuf les vieilles cathédrales.
Hanter l’épave, éclaircir ses vitraux.
Dresser un champ d’avril.
Réchauffer l’inutile.


#Infinitif Salve 15

Salve 15

Prétendre avant d’émettre, recevoir est un seuil.
Flamber de sire aveugle, escompter.
Siffler des heures entières, s’encaisser.
Emanciper l’instant rugueux d’attendre un peu.
Brûler parce qu’il faudrait rassembler, cendres chaudes.
Emettre l’avis certain là où rien n’est certain.
Creuser l’esprit prochain.
Fouiller les retards seuls, témoins frêles habituels.
Emplir plein de tendresse, frère seul à mirer.


. .

. Ce soir aller visiter ce mort, allongé à mi-chemin de n’y être plus, demain, pour personne.

. Le mort était bien là. Et nous, autour, à vivre par délégation aux yeux fermés, ces moments douloureux qu’un jour nous ne pourrons entendre.


#Infinitif Salve 14

Salve 14

Suspendre le temps d’un vol la mécanique déchue de l’éternel à faire.
Surprendre en soi des sons, jeux d’un temps congelé.
Offrir à ses espoirs les contes bariolés, raturés en cascade.
Dérober à l’envie de ne plus savoir rire.
Initier un retour en ces terres délicieuses farandoles.
S’immiscer parce qu’enfin nous étions maîtres frêles, enfants seuls.
Démontrer piège en main qu’il eut fallu tromper ces demains dominés.
Accroître l’épice sucrée de nos rires légendaires.
Embraser l’univers fou d’un regard magicien.
Détrôner sans reproche.
Cabosser les secrets, écarteler croyances.
Vivre de s’enivrer sans cesser d’y goûter.


#Infinitif Salve 13

Salve 13

Réduire tendrement, allonger l’édifice.
Ecarter ces remparts.
Dénombrer lendemain.
Caresser l’unisson, rassembler l’ambre claire.
Humer les vagues étreintes.
Elancer seul un cri, un regard détachant.
Menacer d’emporter un choeur troublant.
Trembler encore un peu d’une attente accomplie.
Découler et souffler, encore attendre sous peu.
Amener ces corps tels deux chaleurs immortelles.
S’écrier en eux-mêmes.


#Infinitif Salve 12

Salve 12

Désengorger l’errance, s’habituer des encombres.
Jaillir du coin de l’ombre.
Mener ses gestes amples où porte l’attitude.
Irradier de ressources où briller dépensant.
Lasser l’angoisse, la fatiguer.
Tenir en laisse, désamorcer.
Toiser sans dommage un corps propre à l’usage.
Frire en liesse, se retrouver sans liasse.
Verser un doute et puis le voir fleurir.
En énoncer l’axiome coûte que coûte.
Obliger l’élan vers ces écoutes.
Unir ses autres, et s’en nourrir sans plus finir.


#Infinitif Salve 11

Salve 11

Accélérer l’emprise en courant seul.
Danser loin des foules réunies et pliées.
Poursuivre encore du temps.
Survivre à la recherche.
Annoncer l’épreuve reine. Détacher.
Prendre un recul pour offrande.
Apercevoir l’ennui, se désentendre.
À part se voir. Souffler, comme du vent.
Accompagner ses pas écouter.
Suffire d’autres envies, les apporter.
Réfléchir aux yeux pressés.
Attendrir sans mouvoir.
Plier ensemble nos idées jeunes.


#Infinitif Salve 10

Salve 10

Badigeonner les couples d’un clin d’oeil.
Recencer sans compter leurs sourires éblouis.
Trouver cependant le geste gauche, le regard à côté.
S’éluder bien longtemps d’appartenir, semblant.
Rendre l’exception identique.
Participer aussi, la voir renoncer.
Nier ses dents blanches.
Reconnaitre et défaire, en chanter l’air de rien,
Envoûter. Envelopper les sommes. Déclarer dans le vide.
Déclamer un oeil sans savoir, s’éloigner dans l’espoir.
Retourner dans le doute, oublier son absence, ses regards éloignés.
Savoir se rendre aveugle dans une lumière éteinte.
Comprendre du bout, plus loin encore s’éloigner.
Se décider à perdre une effigie secrète.
Puis décider encore qu’il en fut autrement. Se mentir un peu.


#Infinitif Salve 9

Salve 9

Désengager l’instant à moindre conséquence.
Amoindrir, émousser.
Et tout faire pour ne plus étouffer.
Sourire un peu au loin des artifices.
Aimer sans peine. Oter à temps. Obtempérer pourtant.
Amarrer en retour.
Assumer tes atouts. Servir d’aller-retour.
Saliver en surplus puis s’étendre là, juste au-dessus.
Et parenter avec ceux qui furent nommés Dieux.


#Infinitif Salve 8

Salve 8

Veiller au gré de nos rencontres.
Absorber l’ivraie dénoncer nos heures tendres.
Longer un pré ruisseler de s’entendre.
Recourir après n’en plus finir encore.
Amonceler nos signes.
Cacher l’entrée, recouvrir de bras tendus.
Filer ensemble, maintenus.
Emporter un jour pour tant de vertus.
Sonder l’oubli de ceux qui précédèrent.
S’évanouir pour un peu de se laisser aller.
Maintenir le pas sûr de vouloir ressembler.
Appartenir encore aux destinés, se mériter.


Le petit monde de Miroirinverse

Un site utilisant WordPress.com

beau: adj m.

Se dit de la rencontre fortuite sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie...

LES CONFINS

"Comment sera mon rédempteur ? Je me le demande. Sera-t-il un taureau ou un homme ? Sera-t-il taureau à tête d'homme? Ou sera-t-il comme moi ?" (Jorge Luis Borges : La demeure d'Astérion)                Les confins :   Tous droits réservés © André Rougier 2011-2013

Les Cosaques des Frontières

refuge pour les dépaysés

JosieCoccinelle

Coups de coeur, Inspiration, Création...

julyaly

Le journal de Julia

BLEUEMARIE

Le dilletantisme ou la vertu

gammalphabets

Des essais de voix par temps contemporain

L'épervier incassable

"Ce que j'écris n'est pas écrire, c'est se préparer à écrire" - Paul Valéry

rhizomiques

archives numériques ouvertes : littérature, art, philosophie

Web-association des auteurs

Disséminer les écritures

Les Reveries de Rowena

Now I see the storm clouds in your waking eyes: the thunder , the wonder, and the young surprise - Langston Hughes

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

bassescontinues

" la basse continue d'un contrepoint - nos pas"

youcxl

Carnet de bord de YouCXL à Yumington

cigaloun

mes chants d'été, champs d'hiver - my summer songs, winter words - meine sommergesänge, winterklänge

T.S.A.

Thiébault de Saint Amand

valeriu dg barbu

©valeriu barbu

Le Tourne-à-gauche

Un blog de Dominique Hasselmann

dream about your life & live your dream

blog xavier fisselier, auteur - "mauvaises nouvelles" & "anamnèses" | every man is the architect of his own fortune |

L’atelier permanent

maison établie en 1967 | sur le web depuis 1996

Les vents de l'inspire

carnets et aventures

aux bords des mondes

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Yohann-Mickaël Fiset

Publications littéraires personnelles. Le langage comme matériaux.

lireaujourlejour

Pour ne jamais s'ennuyer...

La Critiquante

Blog modestement littéraire

Et pourtant, elle tourne

Pour avoir l'état d'esprit qui vous ménera à la réussite

Quelque(s) Chose(s)

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Sans aucune issue

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

LE BAISER DE LA MOUCHE (ISSN 2267-3946)

Nouvelles scènes de la vie littéraire ISSN 2267-3946

SILO

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

penseeslibres.com

Just another WordPress.com site

r a l o u f

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Dzahell

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

le curator de contes

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Deborah Heissler | Carnets

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

le vent qui souffle

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

le portrait inconscient

portraits de gens et paysages du monde

chemin tournant

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Glossolalies

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

L'irrégulier

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.