Qui sait?

Français, en Italie depuis 12 ans maintenant, j’aurais ainsi une certaine idée de l’être « bipolard ». Combien de fois ma culture et mon état d’esprit gaulois m’ont joué des tours en péninsule et combien de fois ma philosophie d’attache me permit de juger sans retour.

Je viens du cinéma documentaire, beaucoup de musique j’ai joué et longtemps je me suis couché tard. J’ai écrit souvent pas assez ce pourquoi, je recommence. Pour cela il me fallut tout d’abord rencontrer de nouveau l’object livre. Curieusement il prit la forme d’un livre numérique. Relisant pour écrire et écrire pour lire. Parce qu’il est écrit, est-ce una raison suffisante à définir ce blog littéraire?

Je parle, raisonne et rêve en deux langues mais quand j’écris, une seule se déroule. Ainsi, chaque post nait français ou italien, comme les postes frontière d’un jour. J’ajouterai une traduction, cela pourrait être utile, comme un blog.

Les centres d’intérêt de chacun ne rapportent à tous qu’une fois partagés. Une chimère est sûre alors: un centre d’intêret qui s’ouvre, c’est un hypermarché qui ferme.

CHI SA?

Francese, in Italia da 12 anni, avrei comunque una certa idea del concetto di bipolarità. Quante volte la mia cultura e il mio « gallettismo » mi hanno fregato nella penisola e quante volte la mia filosofia adottiva mi fece giudicare senza ritorno.
Arrivo dal modo del cinema documentario, ho suonato tanta musica e, per tanto tempo, mi sono coricato tardi. Spesso scrivo non abbastanza, et per questo oggi ricomincio. Ma perciò dovetti prima incontrare di nuovo l’oggetto libro. Stranamente prese la forma di un libro digitale. Rileggendo per scrivere e scrivere per leggere. Tutto ciò ne farà un blog letterario?
Parlo, penso e sogno in due lingue mais quando scrivo, una sola mi accompagna. Così, ogni post nasce in francese o in italiano, come i posti frontiera di una volta. Aggiungerò dunque una traduzione, potrebbe essere utili, come un blog.
I centri di interesse di ciascuno sfruttano a tutti solo se condivisi. Una chimera è allora certa: per un centro di interesse che si apre, un ipermercato chiude.


2 responses to “Qui sait?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Le petit monde de Miroirinverse

Un site utilisant WordPress.com

beau: adj m.

Se dit de la rencontre fortuite sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie...

LES CONFINS

"Comment sera mon rédempteur ? Je me le demande. Sera-t-il un taureau ou un homme ? Sera-t-il taureau à tête d'homme? Ou sera-t-il comme moi ?" (Jorge Luis Borges : La demeure d'Astérion)                Les confins :   Tous droits réservés © André Rougier 2011-2013

Les Cosaques des Frontières

refuge pour les dépaysés

JosieCoccinelle

Coups de coeur, Inspiration, Création...

julyaly

Le journal de Julia

BLEUEMARIE

Le dilletantisme ou la vertu

gammalphabets

Des essais de voix par temps contemporain

L'épervier incassable

"Ce que j'écris n'est pas écrire, c'est se préparer à écrire" - Paul Valéry

rhizomiques

archives numériques ouvertes : littérature, art, philosophie

Web-association des auteurs

Disséminer les écritures

Les Reveries de Rowena

Now I see the storm clouds in your waking eyes: the thunder , the wonder, and the young surprise - Langston Hughes

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

bassescontinues

" la basse continue d'un contrepoint - nos pas"

youcxl

Carnet de bord de YouCXL à Yumington

cigaloun

mes chants d'été, champs d'hiver - my summer songs, winter words - meine sommergesänge, winterklänge

T.S.A.

Thiébault de Saint Amand

valeriu dg barbu

©valeriu barbu

Le Tourne-à-gauche

Un blog de Dominique Hasselmann

dream about your life & live your dream

blog xavier fisselier, auteur - "mauvaises nouvelles" & "anamnèses" | every man is the architect of his own fortune |

L’atelier permanent

maison établie en 1967 | sur le web depuis 1996

Les vents de l'inspire

élans poétiques, rencontres et réflexions

aux bords des mondes

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Yohann-Mickaël Fiset

Publications littéraires personnelles. Le langage comme matériaux.

lireaujourlejour

Pour ne jamais s'ennuyer...

La Critiquante

Blog modestement littéraire

Et pourtant, elle tourne

Pour avoir l'état d'esprit qui vous ménera à la réussite

Quelque(s) Chose(s)

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Sans aucune issue

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

LE BAISER DE LA MOUCHE (ISSN 2267-3946)

Nouvelles scènes de la vie littéraire ISSN 2267-3946

SILO

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

penseeslibres.com

Just another WordPress.com site

r a l o u f

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Dzahell

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

le curator de contes

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Deborah Heissler | Carnets

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

le vent qui souffle

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

le portrait inconscient

portraits de gens et paysages du monde

CHEMIN TOURNANT

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Glossolalies

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

L'irrégulier

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

%d blogueurs aiment cette page :