#1 Sous la banquise les algues

Sous la banquise des algues.

Même si l’eau de mer en est bien souvent troublée, il est de plus en plus clair que les algues, dans leur ensemble, font des miracles. Leurs propriétés cosmétiques font toujours plus riches les concepteurs de crème depuis que l’homme aussi s’en enduit le visage; des premières expériences ont déjà été effectuées afin que l’on puisse un jour les transformer pour nous véhiculer, et les êtres humains installés sur Mars n’hésiterons plus à se les mettre sous la dent puisque leur utilisation dans l’alimentation n’a d’autre perspectives à brève que de s’accrémenter à la vue de la diminution de tout ce qui jusqu’ici constituait notre panier-repas. Tout comme l’on ne peut pas rire de tout avec n’importe qui, on ne peut pas non plus parler d’algues avec qui que ce soit: les dégats que le seul nom d’algue verte évoque aujourd’hui sur bonne part du littoral breton n’ont d’équivalence que ceux des nitrates sur la santé des ses habitants. Malgré tout cela, cette découverte m’a fait du bien. Dans cette période où l’action humaine est largement criticable dans son ensemble et injustifiable dans ses détails, savoir que sous la banquise du phytoplancton a été découvert me console. Nous avons la preuve que le climat se réchauffe globalement, rien de moins que la Nasa est à l’origne de cette vision trouble. Les mêmes experts, si ceux qui jusqu’ici doutaient d’un possible réchauffement, nous donnerons avec le même aplomb leurs justes mesures à prendre et nous ne les écouterons sans doute pas moins. La destruction est activée, lente ou rapide, le résultat est identique. Comment en être consoler alors? Un sentiment difficile à expliquer, mais profondément ancré et impliqué dans l’être, du moins le mien: savoir que dans un milieu si hostile la vie se développe encore me rassure. Si les algues y arrivent, peut-etre qu’un jour notre descendance y parviendra. Et que cette vie nous soit hostile, au bout du compte, n’a t-on pas déjà démontré combien peu nous en importait?

(info icioulà: http://www.zegreenweb.com/sinformer/des-algues-sous-la-banquise-de-larctique,56030)

 

Sotto la banchisa delle alghe

L’acqua del mare ne è troppo spesso turbata ma è sempre più chiaro però che le alghe fanno miracoli. Le loro proprietà applicate in cosmetologia fanno sempre più ricchi i creatori di creme da quando gli uomini se le applicano sul viso pure loro; le prime esperienze eseguite sulla loro trasformazione dimostrano che un giorno potremo spostarsi con la loro energia, e gli esseri umani installati su Marte non avranno difficoltà a mettersele in bocca poiché il loro utilizzo nell’alimentazione non ha altre prospettive che incrementarsi visto il declino di ciò che finora poteva costituire i nostri pasti. Non si può ridere di tutto con tutti, e non si può ugualmente parlare delle alghe con chiunque: i danni che il loro solo nome evoca oggi sul litorale bretone hanno equivalenze soltanto con i danni provocati dai nitrati sulla salute dei suoi propri abitanti. Nonostante ciò però, questa scoperta m’ha procurato del bene. In questo periodo nel quale l’azione umana è ampiamente criticabile nel suo insieme e ingiustificabile nei suoi particolari, sapere che è stato scoperto del fitoplancton sotto la banchisa mi consola. Dunque, abbiamo la prova che il clima si riscaldi globalmente, con niente di meno che la Nasa all’origine di questa visione turbata. Gli stessi esperti, quelli che dubitavano di un possibile riscaldamento, ci daranno quindi con serenità le loro giuste misure e non le ascolteremo nemmeno meno. La distruzione è attivata, lenta o rapide, il risultato sarà identico. Ma allora, perché o come esserne consolato? Come un sentimento difficile da spiegare ma profondamente ancorato nell’essere, almeno nel mio: sapere che la vita riesca a svilupparsi in un ambiente così ostile mi riassicura. Se le alghe ci riescono, magari anche la nostra discendenza un giorno ce la farà. Che questa vita poi ci possa essere dannosa, alla fine dei conti, non avevamo già sufficientemente dimostrato quanto poco ce ne poteva importare?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Le petit monde de Miroirinverse

Un site utilisant WordPress.com

beau: adj m.

Se dit de la rencontre fortuite sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie...

LES CONFINS

"Comment sera mon rédempteur ? Je me le demande. Sera-t-il un taureau ou un homme ? Sera-t-il taureau à tête d'homme? Ou sera-t-il comme moi ?" (Jorge Luis Borges : La demeure d'Astérion)                Les confins :   Tous droits réservés © André Rougier 2011-2013

Les Cosaques des Frontières

refuge pour les dépaysés

JosieCoccinelle

Coups de coeur, Inspiration, Création...

julyaly

Le journal de Julia

BLEUEMARIE

Le dilletantisme ou la vertu

gammalphabets

Des essais de voix par temps contemporain

L'épervier incassable

"Ce que j'écris n'est pas écrire, c'est se préparer à écrire" - Paul Valéry

rhizomiques

archives numériques ouvertes : littérature, art, philosophie

Web-association des auteurs

Disséminer les écritures

Les Reveries de Rowena

Now I see the storm clouds in your waking eyes: the thunder , the wonder, and the young surprise - Langston Hughes

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

bassescontinues

" la basse continue d'un contrepoint - nos pas"

youcxl

Carnet de bord de YouCXL à Yumington

cigaloun

mes chants d'été, champs d'hiver - my summer songs, winter words - meine sommergesänge, winterklänge

T.S.A.

Thiébault de Saint Amand

valeriu dg barbu

©valeriu barbu

Le Tourne-à-gauche

Un blog de Dominique Hasselmann

dream about your life & live your dream

blog xavier fisselier, auteur - "mauvaises nouvelles" & "anamnèses" | every man is the architect of his own fortune |

L’atelier permanent

maison établie en 1967 | sur le web depuis 1996

Les vents de l'inspire

carnets et aventures

aux bords des mondes

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Yohann-Mickaël Fiset

Publications littéraires personnelles. Le langage comme matériaux.

lireaujourlejour

Pour ne jamais s'ennuyer...

La Critiquante

Blog modestement littéraire

Et pourtant, elle tourne

Pour avoir l'état d'esprit qui vous ménera à la réussite

Quelque(s) Chose(s)

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Sans aucune issue

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

LE BAISER DE LA MOUCHE (ISSN 2267-3946)

Nouvelles scènes de la vie littéraire ISSN 2267-3946

SILO

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

penseeslibres.com

Just another WordPress.com site

r a l o u f

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Dzahell

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

le curator de contes

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Deborah Heissler | Carnets

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

le vent qui souffle

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

le portrait inconscient

portraits de gens et paysages du monde

CHEMIN TOURNANT

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Glossolalies

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

L'irrégulier

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

%d blogueurs aiment cette page :