#2 E lo Zero (per cento) fu creato

Il tempo non ci chiede niente e continua dunque a fare il suo, giustamente. Così le epoche passano. Lunghe, vecchie o di niente, l’una lascia comunque il posto all’altra. Chi ricorda per esempio dei succhi legalmente dichiarati « 100% frutta » quando al produttore invece bastava una percentuale non inferiore ad una certa soglia per essere autorizzato a scrivere 100%? Ma chi si ricorda addirittura la sigla 100%? A volte la possiamo trovare ancora su un imballaggio dove viene ostentato carne 100% italiana, come se potesse essere in se un criterio qualità, ma questo è ancora un’altra storia. No, non siamo più alla ricerca del 100%, dell’intero, del insieme e del suo globale. Così l’hanno capito i concettori del merchandising e del packaging del nostro carrello della spesa di questi tempi. E noi rispondiamo pure presenti, siamo pronti sì! a pagare anche di più, alla condizione però che dentro ci sia di meno! E sempre di meno, non cercate di fregarci, vogliamo lo Zero per Cento! Togliete ciò che volete, basta che non ce ne sia più, e non ci confondere con il Light che non fa per noi. Se la Coca-Cola, in tempi che sembrano oggi preistorici, « aggiunse lo Zero » alla sua offerta Light, ci sarà stato una ragione, no? Fu allora dichiarata, nel reparto latticini, una vera guerra. Ma non ai numeri, no, una guerra a una cifra sola: lo Zero. Fino alla fine, finché un giorno però, vinse Uno, facendosi chiamare Total 0%! La perfezione fu raggiunta, i conti e punti bloccati, lo « Punto Zero » della comunicazione alimentare fu scoperto. I concettori dovettero fermarsi, un attimo, e pensare. Il consumatore aveva vinto e aveva ottenuto quello che da sempre desiderava di più: il niente, lo Zero a costo pieno. Quando la voce si fu sparsa però, quando lo Zero fu democratizzato e aperto a tutti, un passo all’indietro era necessario per incentivare il senso dello scoperta del consumatore e non lasciare il suo borsello svuotarsi soltanto per lo Zero. I nostri geniali concettori di concetti alimentari si ricordarono allora della loro quarta elementare e dei grandiosi numeri decimali. La virgola, sì quella subdola, fu riscoperta! Toccato il fondo, ci si rimbalza sempre e dallo Zero forse troppo amaro oppure austero, le etichette si graduarono e si ornarono della virgola: nacque lo 0,1%! Questo sì che è classe, questo sì che ci dà gusto, questa volta il tiro è aggiustato e non ci sarà più da rimetterci le mani, fidatevi e dateci i soldi ciecamente. Il grasso è stato domato, forse in un’altra epoca ci verrà detto che ci sono il buon e il cattivo grasso, che magari meglio mangiare un 3,6% con 75% di grasso buono che un 0,1% con 45% di grasso cattivo, può darsi ma sarà il futuro a dircelo. Nell’attesa cosa ne facciamo di tutti questi Principi del concetto? Non hanno raggiunto la perfezione anche se sotto forma dello zero? Niente preoccupazione, la guerra e la competitività formano l’essenza della loro professione: bisognava solo inventare un’altra parola piena di senso: Senza. Sì, i dadi sono lanciati, niente più potrà fermare un’idea geniale come quella messa in atto dalla grand’azienda Müller: lo yogurt 0,1% senza aspartame. Chi potrebbe fare di meglio? Abbinate lo Zero con il Senza e il cibo finalmente sarà solo il vostro amico…a proposito, solo un consiglio en passant, andate comunque a leggere gli ingredienti, sempre, anche se la Müller vuole solo il nostro bene. Tutto si può leggere, perché tutto è scritto anche se lo è sulla pellicola del barattolo. Primo ingrediente: yogurt magro. Secondo ingrediente: zucchero. Terzo: zucchero d’uva. Quarto e ultimo: aroma. Ci sarà l’epoca dove un marchio oserà scrivere: yogurt 0,1% di Grassi senza Aspartame ma con Zucchero?

 

Et le Zéro (pour cent) fu crée

Le temps ne nous demande rien et continue donc son petit bonhomme de chemin. Ainsi les époques passent. Longues, vieilles ou à deux balles, l’une laisse toujours sa place à l’autre. Qui se rappelle, par exemple, des jus de fruit « 100% pur fruit » alors qu’un seul pourcentage supérieur à un certain seuil suffisait au producteur d’obtenir le droit d’écrire « 100% pur fruit »? Qui se rappelle d’ailleurs du logo « 100% »? Parfois un emballage revendique une viande 100% française, comme si cela pouvait en soi être un gage de qualité, mais cela est une autre histoire. Non, nous ne sommes plus à la recherche du 100%, de l’entier, de l’ensemble et son global. Ainsi l’ont compris les concepteurs du mercandising et du packaging de notre actuel chariot de supermarché. Nous répondons d’ailleurs présents, nous sommes de même prêts – oui! – à payer plus cher, à condition toutefois que à l’intérieur il y en est moins! Toujours moins, ne nous arnaquez pas, nous voulons le Zéro pour Cent! Enlevez ce que vous voulez, du moment qu’il n’y en a plus, et ne nous refilez pas du Light, c’est pas pour nous. Si Coca-Cola, en des temps quasi préhistoriques, « ajouta le Zéro » à son offre Light, il y aura eu une raison, non? C’est alors que fut déclarée, au rayon produits laitiers, une guerre véritable. Non pas une guerre aux numéros, non,rien qu’à un chiffre: le Zéro. Et ce jusqu’au bout, jusqu’à ce qu’un jour il y eu Un vainqueur, qui se fit appeler Total 0%! C’est ainsi que fut atteinte la perfection, que les comptes et les points furent bloqués et que le « Degré Zéro » de la communication fut découvert. Les concepteurs durent s’arrêter, un instant, et penser. Le consommateur avait gagné, obtenant ainsi ce que le plus il avait désiré: le rien. le Zéro à plein coût. Lorsque la rumeur s’en fut répandue, quand le Zéro fut démocratisé et accessible à tous, un pas en arrière fut nécessaire pour titiller le sens de la découverte du consommateur et ne pas laisser son porte-monnaie se vider seulement pour le Zéro. Nos géniaux concepteurs de concepts alimentaires se souvinrent alors de leur classe de CM1 et des ses nombres décimaux. La virgule, oui la petite, subtile virgule fut redécouverte! En touchant le fond, on rebondit toujours et d’un Zéro peut-être trop amer ou austère, les étiquettes se graduèrent et s’ornèrent d’une virgule: ainsi naquit le 0,1%! Ca c’est classe, ça ça a du goût, le tir ajusté il n’y aura plus à y remettre les mains, ayez confiance et donnez-nous vos sous. Les graisses ont été domptées, peut-être qu’un jour ils nous diront qu’existent des bonnes et des mauvaises graisses, qu’il sera plus convenable de manger un 3,6% avec 75% de bonnes graisses que du 0,1% avec 45% de méchantes graisses, un jour peut-être, seul le futur le dira. En attendant que faisons nous de tous ces Princes du concept? N’ont-ils pas atteint la perfection mais si elle prend la forme du Zéro? Ne nous inquiétons pas, la guerre et la compétitivité sont l’essence même de cette profession: il leur suffisait seulement d’inventer une parole pleine de sens: Sans. Si, les dés en sont jetés, rien n’arrêtera une idée aussi géniale que celle mise en pratique par la grande marque Müller: le yaourt 0,1% sans aspartame. Comment faire mieux? Combinez le Zéro avec le Sans et la nourriture sera vraiment votre amie…Un conseil toutefois, continuez à lire les ingrédients, toujours, même si Müller veut uniquement notre bien. Tout se lit parce que tout est écrit, même si c’est juste écrit sur la pellicule en alu du pot de yaourt. Premier ingrédient: yaourt maigre. Second ingrédient: sucre. Troisième: sucre de raisin. Quatrième et ultime:arôme. Arrivera l’époque où une grande marque osera écrire: yaourt 0,1% de matières grasses sans Aspartame mais avec Sucre?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Le petit monde de Miroirinverse

Un site utilisant WordPress.com

beau: adj m.

Se dit de la rencontre fortuite sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie...

LES CONFINS

"Comment sera mon rédempteur ? Je me le demande. Sera-t-il un taureau ou un homme ? Sera-t-il taureau à tête d'homme? Ou sera-t-il comme moi ?" (Jorge Luis Borges : La demeure d'Astérion)                Les confins :   Tous droits réservés © André Rougier 2011-2013

Les Cosaques des Frontières

refuge pour les dépaysés

JosieCoccinelle

Coups de coeur, Inspiration, Création...

julyaly

Le journal de Julia

BLEUEMARIE

Le dilletantisme ou la vertu

gammalphabets

Des essais de voix par temps contemporain

L'épervier incassable

"Ce que j'écris n'est pas écrire, c'est se préparer à écrire" - Paul Valéry

rhizomiques

archives numériques ouvertes : littérature, art, philosophie

Web-association des auteurs

Disséminer les écritures

Les Reveries de Rowena

Now I see the storm clouds in your waking eyes: the thunder , the wonder, and the young surprise - Langston Hughes

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

bassescontinues

" la basse continue d'un contrepoint - nos pas"

youcxl

Carnet de bord de YouCXL à Yumington

cigaloun

mes chants d'été, champs d'hiver - my summer songs, winter words - meine sommergesänge, winterklänge

T.S.A.

Thiébault de Saint Amand

valeriu dg barbu

©valeriu barbu

Le Tourne-à-gauche

Un blog de Dominique Hasselmann

dream about your life & live your dream

blog xavier fisselier, auteur - "mauvaises nouvelles" & "anamnèses" | every man is the architect of his own fortune |

L’atelier permanent

maison établie en 1967 | sur le web depuis 1996

Les vents de l'inspire

élans poétiques, rencontres et réflexions

aux bords des mondes

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Yohann-Mickaël Fiset

Publications littéraires personnelles. Le langage comme matériaux.

lireaujourlejour

Pour ne jamais s'ennuyer...

La Critiquante

Blog modestement littéraire

Et pourtant, elle tourne

Pour avoir l'état d'esprit qui vous ménera à la réussite

Quelque(s) Chose(s)

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Sans aucune issue

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

LE BAISER DE LA MOUCHE (ISSN 2267-3946)

Nouvelles scènes de la vie littéraire ISSN 2267-3946

SILO

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

penseeslibres.com

Just another WordPress.com site

r a l o u f

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Dzahell

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

le curator de contes

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Deborah Heissler | Carnets

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

le vent qui souffle

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

le portrait inconscient

portraits de gens et paysages du monde

CHEMIN TOURNANT

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Glossolalies

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

L'irrégulier

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

%d blogueurs aiment cette page :