Tweets et Traductions – 2012

Une sélection objectivement subjective de mes tweets 2012 et la traduction en italien ou français selon la langue de départ, avec parfois l’ajout d’anglais, allemand, espagnol ou autre encore…si des twitteurs en proposent la traduction qui devra, elle aussi, tenir en 140 caractères maximum. Il peut etre proposé différentes versions dans une même langue à chaque tweet.

Una selezione obiettivamente suggettiva di alcuni dei miei tweet 2012 con la traduzion in italiano o francese a secondo della lingua di partenza, con a volta l’aggiunta dell’inglese, tedesco, spagnolo od altro, se qualcuno ne propone delle traduzioni (140 caratt. max).

An objectively subjective selection from my 2012 tweets and its translation into French, Italian, Spanish, German or English depending on the original language (which is French or Italian)

Una selección objetivamente subjetiva de algunos de mis tuits del 2012 con la traducción en italiano o francés según la lengua origen, así como a veces en inglés, alemán, español o cualquier otra lengua… en la cual los tuiteros propongan la traducción respetando los 140 caracteres como máximo.

La traduction anglaise est proposée par @ALiCe__M ( http://mafaldaleflecestsondada.blogspot.com/ ) qui a beaucoup oeuvré pour que ces tweets en viennent à vivre dans d’autres langues.

A ce jour, @GiovanniMerloni ( http://giovannimerloni.net ) et @Lucnat1 se sont joints à moi pour l’italien.

@pro_vence ( cigaloun.wordpress.com ) et @languesdefeu (http://languesdefeu.hypotheses.org/ ) ont pensé à l’allemand.

@Pilar_Mun (http://www.scoop.it/t/remue-meninges-fle/ ) se charge de l’espagnol.

@fonsbandusiae (http://fonsbandusiae.over-blog.com/ ) nous offre la version latine.

Pour proposer une traduction dans la langue de votre choix participez via Twitter en mentionnant @H_X_Lemonnier ou bien postez-la en commentaire à la fin de cette page. Une nouvelle version d’un tweet déjà traduit peut très bien avoir sa raison d’être car la traduction est ici considérée comme acte créatif et donc, par essence même, unique.

La présentation de cette page est susceptible de varier dans un futur proche afin de mieux servir les différentes « approches ».

Merci à tous les participants.

– Repenser dès le soir au lendemain certain fit oublier la gloire de mourir en chemin. (30/12/2012) | Ripensare la sera stessa all’indomani certo dimenticando la gloria di morire durante il cammino. | Volver a pensar desde esa noche hasta el día siguiente certero hizo olvidar la gloria de morir por el camino. (traduction de @Pilar_Mun) | Agitando mente iam sub noctem quam certus dies futurus sit gloria in itinere moriendi oblita est. (Traduction de @fonsbandusiae)

– Puis ils nous apprirent à compter, déchiffrer et écrire pour ensuite reproduire. L’idée était trop belle pour naître que honnête.(29/12/2012)| Ci insegnarono poi a contare, decifrare e scrivere per poter riprodurre. L’idea era troppo bella per nascere del tutto onesta. | Luego nos enseñaron a contar, descifrar y escribir para a continuación reproducir. La idea era demasiado bonita para ser del todo honesta. (Traduction de @Pilar_Mun)

– Le goût aveugle de ses lèvres me confirma ainsi que j’étais parvenu à faire l’agent-secret.(28/12/2012) | Così, fu il sapore cieco delle sue labbra a dimostrarmi che ero riuscito a fare l’agente segreto. | El gusto ciego de sus labios me confirmó así que había conseguido ser agente secreto. (Traduction de @Pilar_Mun) | Sapor osculorum eius caecorum confirmauit me occultum exploratorem egisse. (Traduction de @fonsbandusiae)

– Les défis étaient alors tendus, ruisselants et peureux. Et chacun d’entre nous ne vivaient que pour eux. (28/12/2012) | Le sfide, allora, erano tese, bagnate e paurose. Si viveva solo per queste, tutti noi. | Los retos eran entonces tensos, debordantes y temerosos. Y cada uno de nosotros vivía sólo para ellos. (Traduction de @Pilar_Mun)

– Courir pour s’échapper valait plus encore que courir pour rejoindre. C’était le sens explosé de liberté et ceux-là ne le comprenaient plus. (28/12/2012) | Correre per scappare aveva più valore che correre per ritrovare. Era il senso esploso della libertà e questi non lo capivano più. | Correr para escapar costaba aún más que correr para reunirse. Era el sentido estallado de la libertad y ellos ya no lo entendían. (Traduction de @Pilar_Mun)

– Minots, il nous aurait fallu partir, chevaucher nos bécanes fausses comme leur arbre à came. (28/12/2012) | Chavales, habría hecho falta partir, calvalgar sobre nuestras motos falsas como su árbol de levas. (Traduction de @Pilar_Mun)

– Jusqu’où va l’anthropomorphisme, parfois la vue d’un champ d’herbe soignée peut nous reconcilier avec l’humanité. (28/12/2012) | Fin dove l’antropomorfismo va, capita che la vista di un campo d’erba curata ci riconcili con l’umanità. | Allá hasta donde va el antropomorfismo, a veces la vista de un campo de hierba cuidada puede reconciliarnos con la humanidad. (Traduction de @Pilar_Mun)

– Riez mes enfants, apprenez-moi. (26/12/2012) | Ridete bambini miei, insegnate a me. | Reíd hijos míos, enseñadme. (Traduction de @Pilar_Mun) | Ridete, pueri mei, me docete. (Traduction de @fonsbandusiae)

– Oubliant le chemin où aller le cueillir, je m’en rappellais pourtant bien le goût. Ce pourquoi, en grandissant je fis le bonheur à ma porte. (26/12/2012) | Pur dimenticando il camino dove trovarlo, me ne ricordavo bene il gusto. Così crescendo misi la felicità alla mia porta. | Olvidando el camino donde ir a recogerlo, recordaba sin embargo su sabor. Por ello, al crecer puse la felicidad a mi alcance. (traduction @Pilar_Mun)

– La joie qui les portait faisait plaisir à voir et ce souvenir nous conforta lorsque le radeau sombra. (26/12/2012) | Era un piacere vedere la gioia che li trasportava e questo ricordo ci confortò quando la zattera s’inabissa. Their inner up-lifting joy was a pleasure to look at, and remembering it reinvigorated us when the wood raft sank. (traduction @ALiCe__M) | Daba gusto ver la alegría que los transportaba y tal recuerdo nos reconfortó cuando la balsa se hundió. (traduction @Pilar_Mun)

– Il avait bien fallu à ces pères et à ces mères expliquer à leurs enfants pourquoi, si souvent, ils durent courber l’échine. (26/12/2012) | Questi padri e queste madri furono costretti poi a spiegare ai loro figli perché, così tanto spesso, avevano dovuto piegare la testa. | Esos padres y madres tuvieron que explicar a sus hijos porqué, tan a menudo, habían tenido que doblegarse. (traduction @Pilar_Mun)

– Il est triste de ne pouvoir s’apercevoir de la lâcheté de certains d’entre nous seulement lorsque nous nous déchirons comme des loups. (26/12/2012) | E’ triste di poter accorgersi della vigliaccheria di alcuni soltanto quando siamo ridotti a sbranarsi tra di noi. | Es triste poder darse cuenta de la cobardía de algunos sólo cuando nos desgarramos como lobos. (traduction @Pilar_Mun)

– L’égoisme et la petitesse de l’être humain sont si vastes qu’on aurait pu les choisir comme unité de longueur au lieu de l’année-lumière. (26/12/2012) | L’egoismo e la piccolezza dell’essere umano sono così immensi che potevano essere scelti come unità di lunghezza al posto dell’anno-luce. | Der Egoismus und die Kleinlichkeit des Menschen sind so groß, dass man sie anstatt des Lichtjahrs als Längenmass hätte wählen können. (Traduit par @pro_vence) | El egoísmo y la pequeñez del ser humano son tan vastas que se habrían podido escoger como unidad de longitud en vez del año luz. (traduction @Pilar_Mun)

– Le pouvoir d’oublier a trop longtemps été laissé aux mains de ceux qui ne pensèrent jamais. | Il potere di dimenticare è stato troppo a lungo lasciato nelle mani di coloro che non pensarono mai. | El poder de olvidar se ha dejado durante mucho tiempo en manos de aquellos que no pensaron nunca. (traduction @Pilar_Mun)  (25/12/2012)

– Encore maintenant convient-il s’attendrir que s’attendre. Défaite de Satan. | Per sconfiggere Satana, ancora oggi conviene lasciarsi intenerire piuttosto che incenerire. (Tradotto di @GiovanniMerloni) (25/12/2012)

– Ils nous enseignèrent l’éducation, le savoir écouter qui sait encore toujours juste un peu plus. Nous apprîmes seuls à cracher parterre. | Ci insegnarono l’educazione, il saper ascoltare chi ne sa sempre un po’ di più. Imparammo da soli a sputare per terra. (23/12/2012)

– Longtemps j’ai dévoré mes semblables. Puis dans leurs yeux, j’ai pleuré. | Per tanto tempo ho divorato i miei simili. Quindi ho pianto nei loro occhi. (23/12/2012)

– Je voudrais rebondir, j’attends juste la réalité augmentée pour aller encore plus haut.| Vorrei rimbalzare, aspetto la realtà aumentata però, per salire ancora di più. (23/12/2012)

– Quand je suis légèrement énervé parce que le monde est dégueulasse, j’écoute les autres. Ils sont peu nombreux, pourtant, à vomir vraiment. | Quando sono leggermente arrabbiato perché il mondo fa schifo, ascolto gli altri. Sono pochi però a vomitare veramente. (22/12/2012)

– Je pourrais crier plus fort que tous les autres. Mais, roi au pays de la jungle, j’écoute les fourmis marcher sur les lianes. | Potrei gridare più forte di tutti gli altri. Ma, re nel paese della jungla, ascolto le formiche camminare sulle liane. | I could shout louder than everyone else. But, as king of jungleland, I listen to ants walking on lianas instead. (traduction de @ALiCe__M) | Possem uoce maiore omnibus aliis clamare. Rex uero in siluae ferae finibus formicas in herbis complicatis euntes ausculto. (traduction de @fonsbandusiae) (22/12/2012)

– Si demain c’est le grand réglement de compte, il ne pourra pas vraiment m’en vouloir de n’avoir eu Dieu que pour elle… (20/12/2012)

– Trainer des pieds pour faire demain. (19/12/2012)

– Que vos guerres restent vôtres et vautré je voudrais pouvoir me reposer. Ce sont bien vos discours pourtant à me remettre sur mes pied. | Che le vostre guerre rimangono vostre e, stravaccato, vorrei poter riposare. Sono i vostri discorsi però a rimettermi in piedi. (16/12/2012)

– J’aurais aimé connaître des horizons sereins, corsaire engagé contre les certitudes de ma raison. | Avrei gradito conoscere degli orizzonti sereni, corsaro impegnato contro le certezze della mia ragione. (16/12/2012)

– Avoir à partager…avoir et partager…deux verbes tellement antinomiques qu’ils doivent être issus de deux langues différentes. | Avere da condividere…avere e condividere…due verbi così tanto antinomici che debbano appartenere a due lingue diverse. | Teil-haben…haben und teilen…zwei Verben, die sich so sehr widersprechen, dass sie aus zwei verschiedenen Sprachen stammen müssen. (Traduit par @pro_vence) (16/12/2012)

– Abaisser la lumière, l’ombre des doutes s’évanouit. Et le jour nous rappelle les promesses enfuies. | Abbassare la luce, l’ombra dei dubbi svanisce. E il giorno ci ricorda le promesse fuggite. (16/12/2012)

– Tenir aux principes du pire pour éviter l’inconnu. Ainsi à l’homme plaisait-il de définir l’animal. Qui est en nous. | Conformarsi ai principi del peggio per evitare l’ignoto. Con piacere l’uomo amava definire in questo modo l’animale. Che è dentro di noi. (16/12/2012)

– Certains de ses concepts s’échappaient d’eux-mêmes, effrayés de l’effort surhumain à produire pour exister en soi. (15/12/2012)

– Voir ces lumières inconnues illuminer l’intérieur de fenêtres étrangères lui donnait toujours autant l’impression d’être tristement ailleurs | Intravedere queste luci all’interno di finestre sconosciute gli dava, ancora oggi, l’impressione di trovarsi tristamente altrove. (15/12/2012)

– Je suis tombé de haut, j’ai reniflé les airs lorsqu’il me fut donné à savoir de l’enfer. La mort était ainsi de notre propriété. | Son caduto dall’alto, ho annussato l’aria quando mi è stato dato di sapere dell’inferno. Così la morte era di nostra proprietà. (15/12/2012)

– Courir sans plus savoir s’étonner de plus rien. Flux flou de déjà-vus. (13/12/2012) | Correre senza mai più meravigliarsi di niente. Flusso falso già visto. | Rennen, ohne sich noch über irgendetwas wundern zu können. Unscharfer Fluss von Déjà-vus. (Traduit par @pro_vence) | Unable to be surprised about anything anymore, running along flowing unfocused streaks of déjà-vus. (Traduit par @ALiCE__M) | Schiacciati dal flusso di cose viste e straviste, corriamo via perché siamo diventati del tutto incapaci di reagire (Tradotto da @GiovanniMerloni)

– Dignes jusque dans l’indigne, ils se révolteront en demandant pardon. #TwittFic #Yumington | Degni nell’indegno, si ribelleranno chiedendo scusa. (10/12/2012)

– Les rondeurs simples révèlent bien souvent les points de fuite les plus compliqués. (09/12/2012) | Le curve le più semplici rivelano spesso punti di fuga dei più complicati. | Die einfachen Rundungen decken häufig die kompliziertesten Fluchtpunkte auf. (Traduit par @pro_vence)

-Les regards arrachés, illusions d’être ensemble, permettent aux murs mous de la mégalopole de tenir dur sans le ciment des personnes seules. (09/12/2012)

– Il aurait fallu la beauté du geste, l’honneur perdu de l’inutile pour que je reconnaisse en la société le miroir sourd de nos pauvres vies. (09/12/2012)

– Descendre de ses ancêtres et ensevelir ses descendants. | Risalire rispettosamente ai propri antenati per poi seppellire incautamente i propri discendenti. (Tradotto da @GiovanniMerloni) (08/12/2012)

– « Le temps viendra ». Grammaire appliquée au mensonge du discours. | « Il tempo che verrà ». Grammatica applicata alle mensogne del discorso. | «Die Zeit wird kommen». Angewandte Grammatik für Lügen-Reden. (Traduit par @pro_vence) (07/12/2012)

– Courir en soi revient à se donner des coups de pied au cul. (07/12/2012)

– Se pendre par les pieds, puis redresser la tête. (07/12/2012) | Sich an den Füßen aufhängen, dann den Kopf heben. (Traduit par @pro_vence)

– Suis encore jeune mais j’ai tout vu faire! Les comptables ont rédigé nos lois, les juges vendu l’égalité, les politiques se sont libérées | Sono ancora giovane ma ho visto tutto! I commercialisti scrivere le nostre leggi, i giudici vendere l’uguaglianza e le politiche liberarsi. (27/11/2012)

– Les mots relient l’esprit comme le parfum renoue les corps. Le parole rilegano lo spirito come il profumo riallaccia i corpi. (27/11/2012)

– Je ne fais pas de politique, non…je l’achète toute faite. | Non faccio politica, no…la compro bell’e fatta. (25/11/2012)

– Il n’avait rien dit juste avant ça, alors forcément ça ne rimait à rien. Prima non aveva detto nulla allora per forza non fece rima. (25/11/2012)

– Bizarrement, il comprit que le silence n’avait de vertu qu’en compagnie d’autrui. | Komischerweise begriff er, die Stille hätte erst Wert, wenn sie mitgeteilt ist. (Traduit par @languesdefeu) | Mirabile modo sentit nihil valere silentium nisi alio praesente.  (Traduction de @fonsbandusiae) (25/11/2012)

– Il regrettait parfois d’avoir cessé de battre. (25/11/2012)

– Je m’enchante du bourdonnement intérieur de mes dimanches d’enfance, de cet air soyeux comme un pyjama moelleux. L’horloge même différait. (25/11/2012)

– Quand j’envisage, le corps et les pieds me contentent. (21/11/2012)

– Pourquoi les politiciens actuels obéissent au poing et baguette des agences de rating alors qu’ils n’écoutent jamais ceux qui les ont élus? (20/11/2012)

– Les ruelles de ce pays usé étaient désertes, si ce n’était ce vieillard, les mains jointes derrière le dos, twittant sans relâche. Empty narrow streets in this worn out country, except for this old guy, hands behind his back, tweeting away. (16/11/2012)

– Il avait parfois ressenti comme une attache, un coeur de pierre où se poser. Qui sait pourquoi pourtant, il lui préférait son manque? (12/11/2012)

– Les rideaux aux fenêtres, et la lumière derrière, empêchent mon âme délassée d’en rire mais pourtant je ne crois plus en ce bonheur. (11/11/2012)

– Potrei gridare al cielo tutte le mie ragioni, dovrei sempre aspettare che una pioggia le riporti quaggiù. Je peux crier au ciel toute ma raison, j’aurais toujours à attendre que la pluie la reporte ici-bas. (01/11/2012)

– La lampe clignota, à y regarder de plus près il semblait même qu’un papillon de nuit s’y brûlait les ailes. (01/11/2012)

– La Chine fait du dumping social vers l’Ethiopie (40€ par mois), alors j’exige qu’on nous lache la grappe avec la compétivité du travail. (31/10/2012)

– Il agita la main, bien qu’il n’y avait personne. Il savait pourtant que cela apporterait aux autres comme une certitude de n’être pas seuls. (22/10/2012)

– Soupesons une pierre, supposons son âge et repartons le cœur léger: nous sommes si peu. | Wiegen wir einen Stein, wägen wir sein Alter ab und gehn leichten Herzens weiter: wir sind so wenig. (traduit par @pro_vence) (12/10/2012)

– Son enthousiasme stagnait comme une flaque d’eau profonde reflétant avec peine les joies de ceux assis autour. | Il suo entusiasmo languiva in una profonda pozzanghera che rifletteva a malapena la gioia dei suoi commensali. (Tradotto da @GiovanniMerloni) (12/10/2012)

– Le jour fléchit quoi que tu penses. Il giorno si inchina e non sarai tu a rialzarlo. (09/10/2012)

– Qui crève la dalle devra attendre que la bce lève des fonds publics à donner à une boite privée qui fera un plateau-repas. ‪#AVoté‬ (09/10/2012)

– La décadence s’accrochait encore aux vitres de son appartement, mais il regardait par ailleurs. | Ormai la decadenza restava attaccata ai vetri della sua finestra, ma lui si girava sempre dall’altra parte. (tradotto da @GiovanniMerloni) (07/10/2012)

– « Interdit d’être pauvre sous peine d’amende », sera sans doute le futur slogan mondial pour les prochaines élections dictatoriales. (06/10/2012) | «Vietato essere poveri : multe salate». Ecco la parola d’ordine diffusa in tutto il mondo per le prossime elezioni dittatoriali. (Tradotto da @GiovanniMerloni) | « Unter Geldstrafe ist das Armsein verboten », so lautet sicher der weltweite Wahlspruch für die nächsten Diktatorwahlen. (Traduit par @pro_vence)

– Je prie tous ceux qui m’enterreront d’attendre bien gentiment leur tour. Prego tutti coloro che mi seppelliranno di aspettare gentilmente il loro turno. (06/10/2012)

– J’y ai vu des soupirs dignes de l’Ancien Empire. (06/10/2012)

– N’en sachant rien, je vivais sous l’influence certaine de l’univers-bloc, convaincu de sa prévalence sans faille. Temporelle et non. (05/10/2012)

– Le 4 octobre sonne toujours comme un téléphone d’absence, tu sais? (04/10/2012)

– Ho vissuto abbastanza per poter dire che ne voglio ancora. J’ai sufisamment vécu pour pouvoir dire que j’en demande encore. (01/10/2012)

– Mon père était si humble dans son orgueil qu’il fit paraitre l’annonce de ses funérailles une semaine après qu’elles eurent lieu. | Mio padre era talmente umile, nel suo orgoglio, che fece diffondere la notizia del suo funerale una settimana dopo la sua sepoltura. (Tradotto da @GiovanniMerloni) (01/10/2012)

– Je pensais à un ami lorsque le temps passait par-là. Puis, le temps devint mon meilleur copain. J’ai dans l’idée qu’ils se vengeront. (30/09/2012)

– Ainsi, c’est lorsqu’il fut éteint qu’ils surent reconnaitre l’amplitude vaine de son savoir-vivre. | Appena lo videro morto, essi capirono quanto fosse stata inutile la sua grande esperienza della vita. (Tradotto da @GiovanniMerloni) (22/09/2012)

– Cela fait des années que je descends ces marches tout en suivant des combinaisons différentes, pourtant rien ne s’est encore jamais produit. | I have been walking down those stairs for years, trying out different combinations of steps, but nothing ever happened yet. (Traduction de @ALiCe__M) (20/09/2012)

– Un murmure sans vie avait laissé sa trace sur un col de chemise ouvert. | Ein lebloses Murmeln hatte seine Spur auf einem geöffneten Hemdskragen hinterlassen. (Traduit par @pro_vence) (19/09/2012)

– La pluie révèle des fumées blanches au-dessus de la forêt, comme autant d’âmes franches d’indiens déracinés. La pioggia svela delle fumate bianche sopra il bosco quasi fossero anime vere di pellerossa sradicati. (tradotto da @Lucnat1) (19/09/2012)

– Ricordo gocce di pioggia su una finestra, impegnate in una gara all’esito imprevedibile per una mente liberata. (19/09/2012)

– « Compenser » n’a jamais voulu dire « Réfléchir à la manière d’un simpatisant FN », jamais. #MonDictionnaire (18/09/2012)

– Dimenticando se stesso, si ritrovava troppo spesso appeso alla gruccia. En s’oubliant de la sorte, il se retrouvait trop souvent accroché à un cintre. (17/09/2012)

– « Contentieux » est évidemment le nom de code premier niveau pour évoquer « Paradis fiscal », évidemment. #MonDictionnaire (17/09/2012)

– A volte, ho in mente il rumore costante di una casa sola. Apro quindi una finestra. E la notte suona. (16/09/2012)

– Leurs âmes perforées par les ondes laissaient leurs corps pantois glisser sans plus d’encombres. (15/09/2012)

– Non, « condenser » n’a jamais voulu dire « ouvrir le bal en compagnie de Mitt Romney », jamais. #MonDictionnaire (15/09/2012)

– Cause double emploi vend mini-stère de langue de bois. (28/08/2012)

– Il se replia tellement sur lui-même qu’on en fit un pochoir. Si rinchiuse così tanto su se stesso che se ne fece un stampino. (27/08/2012)

– Concourir n’a jamais voulu dire faire son jogging avec George W. Bush. #MonDictionnaire (26/08/2012)

– Bien qu’elle ne fut pas sûre qu’elle y résisterait, l’araignée chaque soir confectionna sa toile pour capturer la lune. | Auch wenn sie sich nicht sicher war, dem standzuhalten, fertigte die Spinne jeden Abend ihr Netz, um den Mond zu fangen. (Traduit par @pro_vence) (25/08/2012)

– Puis il comprit par l’expérience que mourir n’était pas vivre les yeux fermés. Con l’esperienza capì poi che morire non era vivere ad occhi chiusi. | Dann verstand er anhand der Erfahrung, dass sterben nicht bedeutet, mit geschlossenen Augen zu leben. (Traduit par @pro_vence) (21/08/2012)

– J’ai tellement de sable dans les poches que je ferais mieux de rentrer chez moi en mongolfière. | Ich habe soviel Sand in den Taschen, dass ich besser im Heißluftballon heimkehren sollte. (traduit par @pro_vence) (19/08/2012)

– A l’inverse de ma voisine de plage, la mer est trop plate pour se contenter de l’horizon lointain. (13/08/2012)

– Peu à peu, chacun arrive et s’étend sur son lit de plage. Apportant bien malgré lui mais avec soi, toutes les bribes de son histoire muette. (10/08/2012)

– Les parasols bien alignés face aux vagues et leur écume en désordre rapellent combien la nature a horreur des hommes.(09/08/2012)

– Quand les océans nous donneront l’énergie, « #ils » convaicront les poissons à prétendre à leur droit de propriété. (09/08/2012)

– Je marche en m’arrêtant à l’ombre de chaque arbre pour les en remercier. En partant le matin j’arrive tout frais pour le bain de minuit. | Ich gehe und halte in jedem Baumschatten, um ihnen dafür zu danken. Morgens, beim Aufbruch, komme ich ganz frisch für das Mitternachtsbad an.  (Traduit par @pro_vence) (07/08/2012)

– J’ai rêvé. Ma mère m’annonçait que j’étais déjà mort. J’ai accepté puis par la suite, j’ai finalement choisi de me réveiller. (04/08/2012)

– Petit, à coté de chez moi, y’avait le Passage du Crime. Ca aide quand minuit sonne à l’église.(01/08/2012)

– Certains: « Pour moi la lecture, c’est un livre, le contact physique, tu comprends? » Oui, oui. Et le champagne dans une flûte en plastique? (01/08/2012)

– Qu’elle soit belle ou cruelle, la mort est un dernier supplice que bien peu d’entre nous ne se mérite vraiment.(29/07/2012)

– Je rêve de vivre ma vie de rêve, retenues les paupières à l’ouverture, du jour nouveau je suis séjour. (28/07/2012)

– Si Dieu venait me trouver pour me dire « J’existe, tu t’es trompé », je serais malgré moi bien obligé de lui avouer que l’erreur est humaine (28/07/2012)

– Je prends l’air parfois le soir pour voler au secours de mes désirs hautains. Je déambule aussi mais ça ne fait rien. | Di sera prendo aria, rincorrendo le mie alte voglie. Ma non mi accorgo di camminare. (Tradotto da @GiovanniMerloni) (28/07/2012)

– J’en suis sûr, si l’Afrique n’aura jamais de centrale nucléaire c’est juste parce qu’elle n’a pas assez d’eau pour faire tout le ciment (24/07/2012)

– Si on inventait la voiture electrique avec panneaux photovoltaīques sur le toit #ils nous obligeraient à rouler seulement en décapotable (23/07/2012)

– Marine LePen est DEMO-crate, il faudra juste payer pour avoir la version full ‪#toiaussiEviteLaCensure‬ (18/05/2012)

– Les experts qui ns disent aujourd’hui que les marchés doivent etre régulés st ceux qui avant ns disaient qu’ils s’autoréguleraient ‪#Elysée‬ (30/04/2012)

– ‪#PourMoiCestLétéQuand‬ il fait si chaud dehors que l’ombre en devient froide. (29/03/2012)

– Un orizzonte sfuocato ma c’è da dire che è buio, e nel mettere a fuoco mi perdo un occhio. Ore candide, malgrado il quando. (11/03/2012)

– Les feuilles, vertes, jaunes ou belles. Les fleurs, glacées si possible; et les fruits, épluchés. Peu importe que l’ile soit déserte. | Green, yellow or beautiful leaves. Frozen flowers (if possible) oh and peeled fruit. No matter whether the island is desert or not. (11/02/2012)

– « Regarde où vont les gens, et va dans le sens contraire!! ». Ainsi me disait mon père ou c’est moi qui perd mes repères? (01/02/2012)

Publicités

27 responses to “Tweets et Traductions – 2012

  • ALiCe__M

    Vos tweets sont des poèmes. Et avec les dates, juxtaposées, ils sont le temps, des photos de mots.

    • H_X_Lemonnier

      Merci vraiment de ce compliment si joliment écrit. J’apprécie d’autant plus que je considère importante la datation des tweets, ce type d’écriture étant énormément liée à l’instant/instantané pour reprendre votre formule « photos de mots » . Encore merci et au plaisir de se lire.

  • elbée

    Soupesons une pierre, supposons son âge et repartons le cœur léger: nous sommes si peu. (12/10/2012)
    en allemand: Wiegen wir einen Stein, wägen wir sein Alter ab und gehn leichten Herzens weiter: wir sind so wenig.

    Soupeser en allemand est proche de bercer… et votre petite musique me berce simplement désormais…

  • H_X_Lemonnier

    Merci d’apporter votre connaissance des langues pour porter un peu plus au-delà ces caractères twittesques. J’aime dans la traduction l’idée que qui l’effectue s’empare d’une expression pour l’exprimer nouvellement, comme si elle n’existait pas auparavant. En cela votre choix du verbe wiegen, proche de bercer, recrée un autre tweet. Merci encore et j’espère avoir le plaisir d’ajouter d’autres de vos traductions dans le futur.

    • elbée

      – Der Egoismus und die Kleinlichkeit des Menschen sind so groß, dass man sie anstatt des Lichtjahrs als Längenmass hätte wählen können. (26/12/2012)

      – Ich gehe und halte in jedem Baumschatten, um ihnen dafür zu danken. Morgens, beim Aufbruch, komme ich ganz frisch für das Mitternachtsbad an. (07/08/2012)

      – Teil-haben…haben und teilen…zwei Verben, die sich so sehr widersprechen, dass sie aus zwei verschiedenen Sprachen stammen müssen. (16/12/2012)

      Là encore, je brode un peu… teil-haben se rapproche de participer, avoir part à quelque chose.
      Traduire est difficile, parfois le texte y perd, parfois il y gagne. Mais c’est comme le partage: on ne peut pas tout avoir…

      • H_X_Lemonnier

        Merci de faire part des détails techniques de vos traductions, j’adore !

        • elbée

          ah oui, j’oublias: teil-haben s’écrit en principe en un seul mot (teilhaben), mais je l’ai accentué en y mettant un tiret

          et puisque j’y suis: en voilà une autre traduction:
          – Dann verstand er anhand der Erfahrung, dass sterben nicht bedeutet, mit geschlossenen Augen zu leben. (21/08/2012)

  • biscarrosse2012

    TWITTEXTRAITS FRANCO-ITALIENS POUR « ERADADIRE »
    (traduction pour la plupart libre, selon le sens et pas toujours « mot par mot »)

    1) Per sconfiggere Satana, ancora oggi conviene lasciarsi intenerire piuttosto che incenerire. (90 caractères)
    Encore maintenant convient-il s’attendrir que s’attendre. Défaite de Satan. (25/12/2012)

    2) Risalire rispettosamente ai propri antenati per poi seppellire incautamente i propri discendenti (96)
    – Descendre de ses ancêtres et ensevelir ses descendants. (08/12/2012)

    3) Il suo entusiasmo languiva in una profonda pozzanghera che rifletteva a malapena la gioia dei suoi commensali. (109)
    – Son enthousiasme stagnait comme une flaque d’eau profonde reflétant avec peine les joies de ceux assis autour. (12/10/2012)

    4) Ormai la decadenza restava attaccata ai vetri della sua finestra, ma lui si girava sempre dall’altra parte (106)
    – La décadence s’accrochait encore aux vitres de son appartement, mais il regardait par ailleurs. (07/10/2012)


    5) «Vietato essere poveri : multe salate». Ecco la parola d’ordine diffusa in tutto il mondo per le prossime elezioni dittatoriali (126)
    « Interdit d’être pauvre sous peine d’amende », sera sans doute le futur slogan mondial pour les prochaines élections dictatoriales.(06/10/2012)

    6) Mio padre era talmente umile, nel suo orgoglio, che fece diffondere la notizia del suo funerale una settimana dopo la sua sepoltura (131)
    – Mon père était si humble dans son orgueil qu’il fit paraitre l’annonce de ses funérailles une semaine après qu’elles eurent lieu (01/10/2012)

    7) Appena lo videro morto, essi capirono quanto fosse stata inutile la sua grande esperienza della vita (90)
    – Ainsi, c’est lorsqu’il fut éteint qu’ils surent reconnaitre l’amplitude vaine de son savoir-vivre. (22/09/2012)

  • H_X_Lemonnier

    Connaissant vos écrits, je ne doutais pas un instant de la qualité de vos traductions. Et je reste enchanté que vous ayez pris le temps de vous arrêter ici. Merci, au plaisir de vous lire ici ou chez vous http://leportraitinconscient.com/

  • Pilar (@Pilar_Mun)

    Una selección objetivamente subjetiva de algunos de mis tuits del 2012 con la traducción en italiano o francés según la lengua origen, así como a veces en inglés, alemán, español o cualquier otra lengua… en la cual los tuiteros propongan la traducción respetando los 140 caracteres como máximo.

    – Volver a pensar desde esa noche hasta el día siguiente certero hizo olvidar la gloria de morir por el camino. (30/12/2012)

    – Luego nos enseñaron a contar, descifrar y escribir para a continuación reproducir. La idea era demasiado bonita para ser del todo honesta. (29/12/2012)

    – El gusto ciego de sus labios me confirmó así que había conseguido ser agente secreto. (28/12/2012)

    – Los retos eran entonces tensos, debordantes y temerosos. Y cada uno de nosotros vivía sólo para ellos. (28/12/2012)

    – Correr para escapar costaba aún más que correr para reunirse. Era el sentido estallado de la libertad y ellos ya no lo entendían. (28/12/2012)

    • H_X_Lemonnier

      Merci de votre participation, j’en suis vraiment heureux. Je n’ai jamais pratiqué de près comme de loin l’espagnol, mais depuis que je suis devenu bilingue franco-italien j’arrive à mieux cerner la phrase et les mots hispaniques. Je trouve que cette langue s’adapte au mieux à mes tweets les plus « révolutionnaires » 😉 L’histoire, sans aucun doute…J’espère que vous trouverez le temps et le plaisir de venir à nouveau nous régaler de vos traductions.

  • Pilar (@Pilar_Mun)

    – Chavales, habría hecho falta partir, calvalgar sobre nuestras motos falsas como su árbol de levas. (28/12/2012)

    – Allá hasta donde va el antropomorfismo, a veces la vista de un campo de hierba cuidada puede reconciliarnos con la humanidad. (28/12/2012)

    – Reíd hijos míos, enseñadme. (26/12/2012)

    – Olvidando el camino donde ir a recogerlo, recordaba sin embargo su sabor. Por ello, al crecer puse la felicidad a mi alcance. (26/12/2012)

  • H_X_Lemonnier

    humanidad, felicidad…j’aime entendre ces termes et comprendre leur signifiant exprimé différemment…Dankon !

  • elbée

    « Die Zeit wird kommen ». Angewandte Grammatik für Lügen-Reden.(07/12/2012)

    Auch wenn sie sich nicht sicher war, dem standzuhalten, fertigte die Spinne jeden Abend ihr Netz, um den Mond zu fangen. (25/08/2012)

    Ein lebloses Murmeln hatte seine Spur auf einem geöffneten Hemdskragen hinterlassen. (19/09/2012)

    • H_X_Lemonnier

      Merci, j’aime beaucoup le 3ème tweet et le lire en allemand me réjouit totalement. Le 1er a une rigueur en français que je retrouve bien dans sa traduction « claquante » et c’est un grand plaisir de savoir que désormais cette araignée continuera peut-être à conquérir la Lune outre-Rhin. 😉

      • elbée

        Vous lisez donc l’allemand.
        Je pense que certains de vos jeux de mots vont me donner du fil à retordre… les jeux de mots sont intraduisibles, la plupart du temps, ou nécessitent une (longue) explication.

        Mais l’exercice est plus que plaisant avec des tweets si inspirés et inspirants.
        J’aime beaucoup vos pages en noir et blanc, mais un peu de couleur pour les différentes langues pourrait peut-être aider à la lecture, non ?

        – Die einfachen Rundungen decken häufig die kompliziertesten Fluchtpunkte auf. (09/12/2012)

        – « Unter Geldstrafe ist das Armsein verboten », so lautet sicher der weltweite Wahlspruch für die nächsten Diktatorwahlen. (06/10/2012)

        • H_X_Lemonnier

          L’allemand est en effet la première langue étrangère que j’ai apprise mais je ne considérais à l’époque que les sciences… je me rappelle pourtant, et continue d’estimer, la particularité de la structure de ses phrases.
          Je me confronte moi aussi à des difficultés pour l’italien (et plus encore avec les Salves #Infinitif) lorsque les tweets sont composés autour de jeux de paroles et associations d’idées. Mais, comme vous le dites, c’est stimulant d’en essayer la traduction. Avec la contrainte de rester « twittable » il convient souvent de se détacher l’original pour en créer véritablement une transposition.
          Vous avez amplement raison, pour le moment la présentation est l’élément qui fonctionne le moins dans cette aventure linguistique. J’espère au plus vite pouvoir la transformer afin d’honorer au mieux vos participations à tous. Merci encore à vous.

  • Pilar (@Pilar_Mun)

    – Daba gusto ver la alegría que los transportaba y tal recuerdo nos reconfortó cuando la balsa se hundió.(26/12/2012)

    – Esos padres y madres tuvieron que explicar a sus hijos porqué, tan a menudo, habían tenido que doblegarse. (26/12/2012)

    • H_X_Lemonnier

      Merci encore, je me trompe sûrement dans la prononciation de l’espagnol mais ces 2 tweets me sont si chers. J’aimerais tant pouvoir les écouter. Réussirons-nous peut-être un jour à ajouter les versions sonores à toutes ces traductions. Qu’en pensez-vous, cela serait formidable, non ? 😉

      • ALiCe__M

        Oui, c’est un projet multiple, qui ouvre grand sur des prolongements pédagogiques, poétiques, musicaux, créatifs ! l’enregistrement sonore serait excellent dans cette (ces !) optique, ainsi que l’illustration photographique, le montage, truquage, la peinture, tout est possible avec les mots, les langues et la poésie.

  • allerarom

    Quelle formidable idée! Cela me fait regretter de ne pas maitriser correctement une langue étrangère . Vraiment . Mais lire l’italien m’enchante toujours autant même quand je dois retourner au texte initial pour vérifier que j’ai bien compris 🙂

    • H_X_Lemonnier

      Merci pour votre enthousiasme qui sera, je pense, communicatif. La juxtaposition des langues permet, comme vous le remarquez, de se souvenir ou d’apprendre encore. J’aime beaucoup également découvrir l’interprétation que fait le créateur lors de sa traduction. Au plaisir d’échanger encore avec vous, ici ou sur Twitter.

  • Pilar (@Pilar_Mun)

    – Es triste poder darse cuenta de la cobardía de algunos sólo cuando nos desgarramos como lobos. (26/12/2012)
    Une question pour la traduction en italien: « sbranarsi » ou « sbranarci » ?

    – El egoísmo y la pequeñez del ser humano son tan vastas que se habrían podido escoger como unidad de longitud en vez del año luz. (26/12/2012)

    – El poder de olvidar se ha dejado durante mucho tiempo en manos de aquellos que no pensaron nunca. (25/12/2012)

    • H_X_Lemonnier

      Merci pour vos nouvelles traductions ! Je les tweete au plus vite sur Twitter puis les ajoute sur à la suite des tweets originaux. Pour votre demande sur le ‘se déchirer’ (comme des loups) le verbe italien ‘sbranarsi’ est juste et se conjugue ‘ci sbraniamo’ pour ‘nous nous déchirons’. À très bientôt !

  • elbée

    – Seine Begeisterung stand still wie eine tiefe Pfütze, die nur mit Mühe die Freude derer spiegelte, die um sie herum saßen. (12/10/2012)

    – Wenn ich es ins Auge fasse, stellen mich der Körper und die Füße zufrieden. (21/11/2012)

    – Die Macht des Vergessens wurde allzulange in den Händen derer gelassen, die nie nachdachten. (25/12/2012)

    – Seit Jahren gehe ich diese Stufen in immer anderen Abfolgen hinunter, noch ist jedoch nie etwas passiert. (20/09/2012)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Le petit monde de Miroirinverse

Un site utilisant WordPress.com

beau: adj m.

Se dit de la rencontre fortuite sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie...

LES CONFINS

"Comment sera mon rédempteur ? Je me le demande. Sera-t-il un taureau ou un homme ? Sera-t-il taureau à tête d'homme? Ou sera-t-il comme moi ?" (Jorge Luis Borges : La demeure d'Astérion)                Les confins :   Tous droits réservés © André Rougier 2011-2013

Les Cosaques des Frontières

refuge pour les dépaysés

JosieCoccinelle

Coups de coeur, Inspiration, Création...

julyaly

Le journal de Julia

BLEUEMARIE

Le dilletantisme ou la vertu

gammalphabets

Des essais de voix par temps contemporain

L'épervier incassable

"Ce que j'écris n'est pas écrire, c'est se préparer à écrire" - Paul Valéry

rhizomiques

archives numériques ouvertes : littérature, art, philosophie

Web-association des auteurs

Disséminer les écritures

Les Reveries de Rowena

Now I see the storm clouds in your waking eyes: the thunder , the wonder, and the young surprise - Langston Hughes

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

bassescontinues

" la basse continue d'un contrepoint - nos pas"

youcxl

Carnet de bord de YouCXL à Yumington

cigaloun

mes chants d'été, champs d'hiver - my summer songs, winter words - meine sommergesänge, winterklänge

T.S.A.

Thiébault de Saint Amand

valeriu dg barbu

©valeriu barbu

Le Tourne-à-gauche

Un blog de Dominique Hasselmann

dream about your life & live your dream

blog xavier fisselier, auteur - "mauvaises nouvelles" & "anamnèses" | every man is the architect of his own fortune |

L’atelier permanent

maison établie en 1967 | sur le web depuis 1996

Les vents de l'inspire

carnets et aventures

aux bords des mondes

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Yohann-Mickaël Fiset

Publications littéraires personnelles. Le langage comme matériaux.

lireaujourlejour

Pour ne jamais s'ennuyer...

La Critiquante

Blog modestement littéraire

Et pourtant, elle tourne

Pour avoir l'état d'esprit qui vous ménera à la réussite

Quelque(s) Chose(s)

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Sans aucune issue

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

LE BAISER DE LA MOUCHE (ISSN 2267-3946)

Nouvelles scènes de la vie littéraire ISSN 2267-3946

SILO

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

penseeslibres.com

Just another WordPress.com site

r a l o u f

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Dzahell

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

le curator de contes

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Deborah Heissler | Carnets

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

le vent qui souffle

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

le portrait inconscient

portraits de gens et paysages du monde

CHEMIN TOURNANT

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Glossolalies

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

L'irrégulier

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

%d blogueurs aiment cette page :