Devoir Revoir

DEVOIR REVOIR

Vous aussi. Une sensation qui frappe au corps, une porte ouverte à l’instant réfléchi. Une voix sienne qui s’interpelle. Tout comme moi, vous aussi l’avez déjà entendue, et parfois écoutée. Néant de rien, pas le moindre souvenir image muette flash sonore de mon père, enfilant ses chaussures. Cherche, replace, invente et m’autorise. Il n’y a pas eu, ce pour quoi il n’y a plus pourtant quel homme ne peut bien jamais mettre une seule paire de chaussures, ses chaussures? Avant elles étaient bien toutes là, au bas sur le côté de l’escalier, je n’y vois plus les siennes pourtant. Je laçais mes chaussures, courbé humblement vers une terre infertile quand je compris soudain ne pas m’en souvenir, jamais vu mon père enfiler ses chaussures. Mes enfants me regardaient et qui sait bien ce qu’ils pouvaient s’en dire, moi je ne sais pas j’avance sans souvenir. Chaussures de directeur d’école, sans lacet ou bottines, à fermeture éclair, trop vite c’est pour ça, trop tôt le pain chaud nous attendait déjà. Trop tard, maintenant. Quoi qu’il en fût.

DOVERE RIVEDERE

Anche voi. Come una sensazione che picchia qui, una porta aperta al momento pensato. Una voce propria che si chiama. Anche voi, come me, l’avete sentita ed a volta ascoltata. Nulla da niente, nessun ricordo immagine muta flash sonoro del mio babbo, mettendosi le scarpe. Cerco, riporto, invento e mi autorizzo. Non c’è stato e perciò non c’è più, eppure qual è l’uomo che può non mettersi mai un paio di scarpe, le sue scarpe? Prima erano tutte qui, in basso al lato delle scale, non vedo più le sue però. Annodavo le mie scarpe, inchinato umilmente verso una terre sterile quando capii all’istante di non ricordarmene più, mai visto mio padre mettersi le scarpe. Miei figli mi guardavano e chi sa cosa potevano pensare, io non lo so vado avanti senza ricordo. Scarpe da preside di scuola elementare, senza stringhe o stivaline, con la cerniera lampo, troppo veloce è per questo, troppo presto il pane caldo già ci aspettava. Troppo tardi, adesso. Comunque sia stato.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Le petit monde de Miroirinverse

Un site utilisant WordPress.com

beau: adj m.

Se dit de la rencontre fortuite sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie...

LES CONFINS

"Comment sera mon rédempteur ? Je me le demande. Sera-t-il un taureau ou un homme ? Sera-t-il taureau à tête d'homme? Ou sera-t-il comme moi ?" (Jorge Luis Borges : La demeure d'Astérion)                Les confins :   Tous droits réservés © André Rougier 2011-2013

Les Cosaques des Frontières

refuge pour les dépaysés

JosieCoccinelle

Coups de coeur, Inspiration, Création...

julyaly

Le journal de Julia

BLEUEMARIE

Le dilletantisme ou la vertu

gammalphabets

Des essais de voix par temps contemporain

L'épervier incassable

"Ce que j'écris n'est pas écrire, c'est se préparer à écrire" - Paul Valéry

rhizomiques

archives numériques ouvertes : littérature, art, philosophie

Web-association des auteurs

Disséminer les écritures

Les Reveries de Rowena

Now I see the storm clouds in your waking eyes: the thunder , the wonder, and the young surprise - Langston Hughes

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

bassescontinues

" la basse continue d'un contrepoint - nos pas"

youcxl

Carnet de bord de YouCXL à Yumington

cigaloun

mes chants d'été, champs d'hiver - my summer songs, winter words - meine sommergesänge, winterklänge

T.S.A.

Thiébault de Saint Amand

valeriu dg barbu

©valeriu barbu

Le Tourne-à-gauche

Un blog de Dominique Hasselmann

dream about your life & live your dream

blog xavier fisselier, auteur - "mauvaises nouvelles" & "anamnèses" | every man is the architect of his own fortune |

L’atelier permanent

maison établie en 1967 | sur le web depuis 1996

Les vents de l'inspire

élans poétiques, rencontres et réflexions

aux bords des mondes

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Yohann-Mickaël Fiset

Publications littéraires personnelles. Le langage comme matériaux.

lireaujourlejour

Pour ne jamais s'ennuyer...

La Critiquante

Blog modestement littéraire

Et pourtant, elle tourne

Pour avoir l'état d'esprit qui vous ménera à la réussite

Quelque(s) Chose(s)

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Sans aucune issue

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

LE BAISER DE LA MOUCHE (ISSN 2267-3946)

Nouvelles scènes de la vie littéraire ISSN 2267-3946

SILO

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

penseeslibres.com

Just another WordPress.com site

r a l o u f

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Dzahell

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

le curator de contes

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Deborah Heissler | Carnets

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

le vent qui souffle

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

le portrait inconscient

portraits de gens et paysages du monde

CHEMIN TOURNANT

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Glossolalies

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

L'irrégulier

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

%d blogueurs aiment cette page :