SIMPLEMENT DESORMAIS DE PENSER

SIMPLEMENT DESORMAIS DE PENSER

Un petit lac mais froid interroge son esprit. Dérange, fait envie, autant qu’il le repousse. Juste pour lui, peut-être, il fait appui sur tout son être. Un regard, capturé, un instant un regard l’emportent sur la rive déserte, comme un esprit délaissé craquelant puis absorbé. L’eau au loin, enfermée dans un coeur pochoir en terre, dépliée et ridée soyeuse ou bien sale aujourd’hui comme hier, partage son inquiétude.
Et l’inquiétait encore.
Il l’était, souvent moins que toujours et lui est là, vol d’oiseau qu’un jour il lui faudrait évaluer de ses pas. Bien que là-bas il ne fut pas, il est ici. Ainsi ce lac, petit coeur frais en forme de sa fatigue, l’encourage de désespoir. Il aurait pu crier, bien avant de le voir. Ce lac, petit champêtre en forme de coeur, le rendit muet ou peut-être, l’empêche t-il simplement désormais de penser.
L’eau est froide malgré tout; quoiqu’il fut. Les poissons nagent encore, et toujours tournent, au milieu. Parfois sans doute aussi sur les bords; où regardent-ils?

 

SEMPLICEMENTE ORAMAI DI PENSARE

Un laghetto, freddo però, richiede la sua attenzione. Disturba, fa gola, quanto lo respinge. Solo per lui forse, pigia su tutto il suo essere. Uno sguardo, preso, un istante uno sguardo lo portano via sulla riva deserta, come uno spirito abbandonato crepandosi, assorbito poi. L’acqua lontana, rinchiusa in un cuore stampo di terra, seta spiegata e raggrinzita oppure sporca oggi come ieri, condivide la sua inquietudine.
E continuava a preoccuparlo.
Lo era, spesso meno che sempre e lui è là, linea d’aria che dovrà un giorno valutare con i suoi passi. Anche se di là non era, è qui. Così questo lago, cuoricino fresco a forma della sua stanchezza, lo rese muto oppure forse lo impedisce semplicemente oramai di pensare.
L’acqua è fredda nonostante tutto; comunque sia stato. I pesci continuano a nuotare, sempre girano, nel bel mezzo. A volte sicuramente anche verso la sponda; e verso dove guardano?

 

 

Publicités

2 responses to “SIMPLEMENT DESORMAIS DE PENSER

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Le petit monde de Miroirinverse

Un site utilisant WordPress.com

beau: adj m.

Se dit de la rencontre fortuite sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie...

LES CONFINS

"Comment sera mon rédempteur ? Je me le demande. Sera-t-il un taureau ou un homme ? Sera-t-il taureau à tête d'homme? Ou sera-t-il comme moi ?" (Jorge Luis Borges : La demeure d'Astérion)                Les confins :   Tous droits réservés © André Rougier 2011-2013

Les Cosaques des Frontières

refuge pour les dépaysés

JosieCoccinelle

Coups de coeur, Inspiration, Création...

julyaly

Le journal de Julia

BLEUEMARIE

Le dilletantisme ou la vertu

gammalphabets

Des essais de voix par temps contemporain

L'épervier incassable

"Ce que j'écris n'est pas écrire, c'est se préparer à écrire" - Paul Valéry

rhizomiques

archives numériques ouvertes : littérature, art, philosophie

Web-association des auteurs

Disséminer les écritures

Les Reveries de Rowena

Now I see the storm clouds in your waking eyes: the thunder , the wonder, and the young surprise - Langston Hughes

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

bassescontinues

" la basse continue d'un contrepoint - nos pas"

youcxl

Carnet de bord de YouCXL à Yumington

cigaloun

mes chants d'été, champs d'hiver - my summer songs, winter words - meine sommergesänge, winterklänge

T.S.A.

Thiébault de Saint Amand

valeriu dg barbu

©valeriu barbu

Le Tourne-à-gauche

Un blog de Dominique Hasselmann

dream about your life & live your dream

blog xavier fisselier, auteur - "mauvaises nouvelles" & "anamnèses" | every man is the architect of his own fortune |

L’atelier permanent

maison établie en 1967 | sur le web depuis 1996

Les vents de l'inspire

carnets et aventures

aux bords des mondes

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Yohann-Mickaël Fiset

Publications littéraires personnelles. Le langage comme matériaux.

lireaujourlejour

Pour ne jamais s'ennuyer...

La Critiquante

Blog modestement littéraire

Et pourtant, elle tourne

Pour avoir l'état d'esprit qui vous ménera à la réussite

Quelque(s) Chose(s)

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Sans aucune issue

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

LE BAISER DE LA MOUCHE (ISSN 2267-3946)

Nouvelles scènes de la vie littéraire ISSN 2267-3946

SILO

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

penseeslibres.com

Just another WordPress.com site

r a l o u f

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Dzahell

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

le curator de contes

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Deborah Heissler | Carnets

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

le vent qui souffle

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

le portrait inconscient

portraits de gens et paysages du monde

CHEMIN TOURNANT

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

Glossolalies

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

L'irrégulier

Pour certains la vie est comme un plaisir dont ils ne s'accordent que lorsqu'il cesse. Comme le fait une douleur pour d'autres.

%d blogueurs aiment cette page :